Comment piloter votre lumière en domotique?

L’un des apports de la domotique est le pilotage de l’éclairage d’une pièce (en totalité ou en partie) par télécommande, par détecteur de présence, par scénario… Tout dépend de vos envies, de vos besoins ou de votre imagination!  Pour arriver au but fixé, il faut apporter à la source lumineuse existante un « interrupteur communicant » qui puisse être commandé par votre système domotique: un actionneur.  Cet actionneur est souvent référencé en tant que « récepteur » car il est mis en place pour recevoir les ordres d’un autre composant du système domotique: l’emetteur.

Quelles sont les différentes familles d’actionneurs existantes pour assurer l’allumage, l’extinction ou la variation d’intensité?  C’est ce que nous allons aborder sans parler de technologies mais juste de principes dans le cas d’une installation électrique existante.  Afin d’illustrer ces propos seront présentés des modules compatibles Zibase.

L’ampoule communicante

Un idée toute simple serait de se dire: il suffit d’installer une ampoule qui puisse être pilotée à distance. C’est ce qui est proposé avec les ampoules communicantes.  Il s’agit d’ampoules avec une apparence classique qui ne sont pas plus imposantes qu’une ampoules classique. La différence est à l’intérieur!  L’électronique embraquée fait la différence.

Mise en œuvre

Rien de plus simple pour l’installer :

  • retirer l’ancienne ampoule
  • mettre à sa place l’ampoule communicante
  • faire reconnaître l’ampoule par votre système domotique

Avantages

L’avantage indéniable de ce genre d’objet est la simplicité de mise en œuvre.

Cette approche « tout en un » est on ne peut plus simple.  Elle évite un souci auquel on est rapidement confronté: est-ce que mon ampoule sera compatible avec mon actionneur?

Cela marche indistinctement pour les plafonniers, les appliques murales ou les lampes sur pied.

Inconvénients

Au niveau des inconvénients on retrouve ce qui fait son avantage à savoir que si l’ampoule rend l’âme, il vous faudra changer l’ampoule ET l’actionneur car les deux sont intégrés…

Il faudra ne plus utiliser l’interrupteur filaire d’origine.  En effet, si vous éteignez par ce biais la lampe vous ne pourrez pas la rallumer avec votre système domotique.  Il faudra opter pour un interrupteur mural d’une technologie compatible avec l’ampoule si l’on souhaite piloter la lampe de cette manière.

Ces ampoules sont encore peu nombreuses qu’elles soient pilotables par ondes RF ou bientôt par Wi-fi.  Vous n’avez accès qu’à un choix restreint de modèles en termes d’intensité lumineuse et de technologie (ampoules fluocompactes principalement).

La douille communicante

La première façon de séparer l’ampoule de l’actionneur sans avoir à effectuer d’installation électrique compliquée est d’utiliser une douille communicante. 

Mise en œuvre

Techniquement elle se place sur votre lampe entre la douille d’origine de la lampe et l’ampoule.  Vous aurez donc votre ampoule vissée dans la douille communicante elle même vissée dans la douille de la lampe ; Pour cela :

  • retirer l’ancienne ampoule
  • placer la douille communicante sur la lampe
  • positionner l’ampoule sur la douille communicante
  • faire reconnaître la douille communicante par votre système domotique

Avantages

Il n’y a aucun travaux à prévoir.  La aussi la mise en œuvre est très simple.

En cas de panne de l’ampoule ou de l’actionneur vous ne devrez changer que cet élément défectueux.

Cela marche indistinctement pour les plafonniers, les appliques murales ou les lampes sur pied.

Inconvénients

Comme l’ampoule et l’actionneur sont dissociés se pose alors la question de la compatibilité des 2 éléments.  Si la douille permet de faire varier l’intensité de la lumière par exemple, il faut que l’ampoule soit adaptée à cette fonctionnalité.

Il faudra ne plus utiliser l’interrupteur filaire d’origine.  En effet, si vous éteignez par ce biais la lampe vous ne pourrez pas la rallumer avec votre système domotique. Il faudra opter pour un interrupteur mural d’une technologie compatible si l’on souhaite piloter la lampe de cette manière.

L’encombrement d’un tel dispositif est à prendre en compte avant l’achat.  En effet, il peut être impossible de la mettre en place dans un globe lumineux ou elle peut rendre apparent l’ampoule sur une lampe avec un petit abat-jour.

L’interrupteur communicant

Une autre manière de dissocier l’ampoule de l’actionneur est d’utiliser un interrupteur communicant.  On parle alors de module ou de micro module.  Il vient se placer sur le circuit existant pour laisser passer le courant ou pour le couper.

Mise en œuvre

Là encore sur le principe c’est simple:

  • débrancher la lampe
  • brancher l’interrupteur communicant
  • brancher la lampe sur l’interrupteur communicant
  • faire reconnaître l’interrupteur communicant par votre système domotique

En pratique cela peut demander plus de travail que pour les solutions précédentes:

  • Pour une lampe sur pied cela peut être encore une fois très simple.  Ce type d’actionneur se place entre la prise murale et la fiche de la lampe.

  • Pour une applique murale ou un plafonnier, le module se positionne habituellement dans le boîtier d’encastrement de la lampe.  La manipulation est simple mais il ne faut pas être allergique à une manipulation sur l’installation électrique.

Avantages

Pour une lampe sur pied la mise en œuvre est enfantine.  Pour une lampe de plafond il « suffit » de repérer les câble allant vers le luminaire et d’y positionner le module en l’intercalant entre le secteur et le luminaire.

En cas de panne sur l’ampoule ou l’actionneur vous ne devrez changer que cet élément défectueux.

Cela marche indistinctement pour les plafonniers, les appliques murales ou les lampes sur pied.

Inconvénients

Comme l’ampoule et l’actionneur sont dissociés se pose également la question de la compatibilité des 2 éléments.  Si le module permet de faire varier l’intensité de la lumière par exemple, il faut que l’ampoule soit adaptée à cette fonctionnalité.

Il faudra ne plus utiliser l’interrupteur filaire d’origine.  En effet, si vous éteignez par ce biais la lampe vous ne pourrez pas la rallumer avec votre système domotique.  Il faudra opter pour un interrupteur mural d’une technologie compatible si l’on souhaite piloter la lampe de cette manière.

L’encombrement d’un tel dispositif est à prendre en compte avant l’achat.  Un module encastrable a un certain encombrement qu’il faut prendre en considération.  Un module en applique pour une lampe sur pied peut être disgracieux s’il est apparent en plein milieu d’une pièce.

L’interrupteur communicant avec prise en compte de l’interrupteur filaire

La dernière catégorie de solution est un interrupteur communicant qui prend en compte toute action venant de l’interrupteur filaire existant.  Il n’est disponible en standard que pour des luminaires en applique ou en plafonnier car il se loge derrière l’interrupteur filaire existant ou alors dans celui du luminaire.

Mise en œuvre

Ce module ce place habituellement dans le boîtier d’encastrement de l’interrupteur filaire existant si seule la phase doit lui être rattachée. 

S’il demande la présence de la phase et du neutre, il peut être plus aisé de le placer dans le boîtier du luminaire car rare en France sont les câblages qui prévoient d’apporter le neutre dans les boîtiers des interrupteur.

S’il se place derrière un interrupteur:

  • retirer l’interrupteur filaire du mur
  • brancher le module en fonction du câblage pré requis
  • le relier à l’interrupteur
  • faire reconnaître le module par votre système domotique
  • repositionner l’interrupteur filaire au mur

S’il se place dans la boîte du luminaire:

  • accéder aux câbles électriques du luminaire en retirant caches et décorations
  • débrancher le luminaire
  • brancher le module en fonction du câblage pré requis
  • le relier au luminaire
  • faire reconnaître le module par votre système domotique
  • repositionner les caches et décorations

Avantages

Le module et l’interrupteur filaire marchent en va-et-vient!  Il est enfin possible d’utiliser un interrupteur classique! Cela permet de choisir celui qui correspond esthétiquement avec votre intérieur et de ne pas être obligé de prendre celui qui est « technologiquement compatible mais moche ». En cas de panne de votre système domotique central vous pourrez toujours avoir de la lumière sans être obligé de désactiver/retirer le module mis en œuvre.

En cas de panne sur l’ampoule ou l’actionneur vous ne devrez changer que cet élément défectueux.

Cela marche indistinctement pour les plafonniers, les appliques murales.

Inconvénients

Des branchements indispensables mais simples en électricité sont à prévoir.

Cela ne marche pas pour les lampes sur pied (sauf si un bricolage maison est entrepris ;) )

Comme l’ampoule et l’actionneur sont dissociés se pose alors la question de la compatibilité des 2 éléments.  Si la douille permet de faire varier l’intensité de la lumière par exemple, il faut que l’ampoule soit adaptée à cette fonctionnalité.  Comme nous le verrons prochainement dans un second article, la présence du neutre dans les branchements du module à une grande importance dans cette compatibilité.

L’encombrement d’un tel dispositif est à prendre en compte avant l’achat. Il faut penser qu’ils se placent derrière l’interrupteur ou le luminaire et ne doivent pas bloquer le bon positionnement de ces derniers au mur ou au plafonds.

Conclusion

Lequel choisir?  Tout dépend de votre installation et vos contraintes…

  • d’encombrement,
  • d’esthétisme,
  • de technologies compatibles avec votre système domotique
  • de budget… 

Dans chaque solution il est possible d’ajouter facilement des interrupteurs compatibles avec la technologie retenue.  Leur nombre dépend de cette technologie et des modules mis en place.  Cela permet de créer rapidement et dans travaux complémentaire des va-et-vient classique ou multiples en remplacement de télé-rupteur.

Dans cet article nous n’avons pas abordé la disponibilité des modules par technologies.  Ce serait un peu long et fastidieux.  Maintenant que vous savez que ces solutions existent vous pourrez en vérifier la disponibilité en toute connaissance de cause.

Pour vous y aider voici un tableau récapitulatif :

Ceci pourrait vous intéresser:

7 commentaires

  1. a dit:

    Wow, une étude très complète sur la question, bravo ! J’aime beaucoup aussi les nouvelles ampoules qui intègrent la technologie pour communiquer, mais les prix sont élevés, et en cas de panne, il faut racheter l’ampoule complète. Si les prix baissent, ca pourrait bien être une solution excellente.

    19 juillet 2011
    Répondre
    • abavala a dit:

      Bonjour Cédric,
      Ca bouge pas mal en domotique en ce moment. S’il y a plus d’acteurs et de consomateurs, avec un peu de chance le choix et les prix seront plus interessants. On peux réver non? ;)

      25 juillet 2011
      Répondre
  2. a dit:

    il existe également des douilles domotique, il suffit de rajouter une ampoule classique

    20 octobre 2012
    Répondre
    • Hervé a dit:

      Bonsoir,
      Penses-tu à quelque chose de différent de La douille communicante présentée en début d’article?

      21 octobre 2012
      Répondre
  3. Eric a dit:

    Bonsoir,
    Aurais-tu des références à donner pour, par exemple « l’interrupteur communicant avec prise en compte de l’interrupteur filaire » ?
    Une marque que tu recommanderais en particulier ?
    Merci

    21 janvier 2013
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 1 = 4