Intel Rosepoint : un petit microprocesseur communicant, un grand pas pour l’IoT

Il y a des petites nouvelles qui arrivent et qui peuvent passer inaperçues ou pour lesquelles on se dit simplement: « c’est chouette! » Une telle info peut être par exemple le développement de la puce Intel Rosepoint.  Elle pourrait tout simplement permettre à Intel de s’offrir une grosse part du marché de l’univers mobile et également de l’Internet des Choses. Rosepoint n’est autre qu’un processeur très petit qui embarque la communication Wifi ou… tout autre techno RF!

L’image ci-dessous présente la puce prototype d’Intel ayant pour nom de code «Rosepoint» présenté en ce début d’année, en février 2012 pour être exact.  Elle possède la caractéristique d’embarquer une puce permettant la communication WiFi ET un processeur Atom dual-core sur le même morceau de silicium.  Les ingénieurs de la marque ont donc réussi le tour de force de se débarrasser de tous les éléments analogiques constituant traditionnellement un circuit sans-fil, exception faites des antennes.

Dit comme cela ça ne fait pas rêver mais c’est une belle prouesse technologique.  Il suffit de creuser un peu plus pour percevoir le réel intérêt derrière tout cela.

Les soucis majeurs qui ont du être contournés concernait en particulier les interférences normalement présentes compte tenu d’une telle proximité.  L’innovation de Rosepoint est rendue possible en intégrant une nouvelle protection anti-radiations et anti-bruit pour empêcher les composants de se corrompre les uns les autres.

Au delà de la prouesse de miniaturisation, le but est également de construire «l’état de l’art en termes d’efficacité énergétique» en supprimant les circuits inutiles. Cerise sur le gâteau, Intel prétend même qu’ils peuvent faire tenir l’antenne RF sur une cette puce.

La présentation a eu lieu le mois dernier à l’occasion de l’Intel Developer Forum de San Francisco.  Lors de cet évènement, Yorgis Palaskas, le responsable de la  recherche de l’intégration radio chez Intel et directeur technique de la société, Justin Rattner, ont présenté Rosepoint un système tout en un (type SoC, ou System-on-a-Chip) qui arborait cette radio Wi-Fi blottie à côté d’un couple de ses processeurs Atom pour appareils mobiles.

Être en mesure d’ajouter cette fonctionnalité radio numérique signifie que l’on peut doter de cette composante RF à peu près tout ce que l’on souhaite. Tout ce qui a une puce peut alors être doté de communication sur des réseaux informatiques (si la puce est équipée de wifi). Cela est vrai pour des cartes SD, des lave-vaisselles, des téléviseurs, la voiture, des modules domotiques…

Et comme les puces rétrécissent, une connexion Wi-Fi connaîtra le même avantage que processeurs miniaturisés.  On pense bien sûr à une réduction de la consommation d’énergie.  Intel explique qu’un composant numérique Wi-Fi qui occupe une surface de 1,2 millimètres sur la puce consomme 50 milliwatts de puissance. La conception du même composant radio comprimé dans un espace de 0,3 mm ne consomme que 21 milliwatts.

La durée de vie de la batterie des gadgets électroniques n’est pas si simple que cela à optimiser.  Le fait de miniaturiser ne fait pas tout. Tout dépend ensuite de l’utilisation qui est fait de ce composant radio.  En effet si on les laisse constamment actifs ou lieu de les éteindre lors qu’il n’y a pas besoin de communication, la miniaturisation ne sera d’aucune utilité!

La fonctionnalité la plus intéressante peut-être du composant radio Wifi numérique comme le propose la puce d’Intel est que l’on se rapproche d’un futur dans lequel des composants radio pourront être programmés par logiciels.  Les fonctionnalités pourront être reprogrammées à la volée. Un simple upgrade d’un périphérique doté d’un tel composant radio numérique pourra en améliorer les performances par exemple.

Intel va un peu plus loin en prévoyant que dans un futur pas si lointain plusieurs composants radio numériques pourront être embarqués sur un seul et même processeur.  Cela réduirait bien entendu les coûts de fabrication : une seule puce pourrait être à la fois, 3G, 4G Wifi, Bluetooth, Zigbee, Z-Wave, …Le périphérique pourrait passer de l’un à l’autre par logiciel.

Cette annonce indique clairement que Intel croit au fait que les appareils Wifi qui sont traditionnellement relativement imposants et qui opèrent la plupart du temps en dehors de la puce seront intégrés dans les processeurs dans les prochaines années.

Pour récapituler, cela annonce trois choses:

les appareils électroniques seront de plus en plus en mesure communiquer via des réseaux sans fil
ces dispositifs pourraient être plus économes en énergie
plusieurs dispositifs de communications pourraient être combinés sur une seule puce, ce qui pourrait rendre moins onéreux nos gadgets high-tech tels que nos téléphones mobiles par exemple.

Ce nouveau microprocesseur apporte la miniaturisation, la communication, la sobriété énergétique nécessaires pour rendre n’importe quel objet un acteur de l’Internet des Choses.

Rosepoint est toujours dans les laboratoires de recherche de la marque. Le futur promis par ce processeur n’est qu’a 5 ou 10 ans de nous annonce Intel, « et tout le monde en voir l’intérêt économique évident. »

A suivre…

Ceci pourrait vous intéresser:

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 4 = 7