S.A.R.A.H. donne de la voix à la domotique9 minute(s) de lecture

Depuis quelques temps une nouvelle venue est est apparue pour compléter le système domotique de la maison. Cette dernière recrue apporte une petite touche fort sympathique pour la personnalisation du système installé à la maison. L’installation accueille un système de reconnaissance et de synthèse vocale appelé S.A.R.A.H. Toujours à l’écoute, toujours disponible elle apporte une interaction naturelle tout à fait intéressante.  Voilà comment ça c’est passé…

sarah_logo

Cela faisait plusieurs mois que le système S.A.R.A.H. était installé sur mon ordinateur portable. Cela me permettait de comprendre le fonctionnement du système et de monter en puissance au gré des mes envies et idées. Sur ce portable tout était entièrement fonctionnel sauf que le service n’était pas opérationnel 24h/24h 7j/7j. S.A.R.A.H. a besoin d’un ordinateur fonctionnant en continu pour pouvoir s’exécuter. Mon portable n’était pas branché en continu. L’arrivée d’un remplaçant pour l’ordinateur familial a permis de mettre en production cet applicatif. S.A.R.A.H. a besoin pour s’exprimer complètement (reconnaissance vocale et +) de Windows 8 et d’un processeur Intel i5 par exemple.

Le fidèle compagnon de ce système est le Kinect de Microsoft. C’est avec ces oreilles et ces yeux matériels que S.A.R.A.H. est la plus efficace.  Un simple micro peut être utilisé et pourrait faire l’affaire, mais le réseau de microphones du Kinect et sa capacité impressionnante à discriminer les voix des bruits ambiants, même venant de l’autre bout de la pièce, fait qu’il est conseillé de franchir le cap. L’acquisition d’un Kinect n’est pas forcément très onéreuse si l’on se tourne du côté des offres flash ou de l’occasion.

Avec S.A.R.A.H. “s’exprimer complètement” ne veut pas simplement dire pouvoir interpréter les ordres et demandes orales puis de pouvoir restituer à haute voix le résultat demandé. S.A.R.A.H. c’est bien plus que ça.  

Ce système permet de :

  • comprendre les ordres vocaux
  • restituer oralement les résultats des actions
  • reconnaissance gestuelle
  • reconnaissance faciale
  • comprendre des ordres donnés par QR Code
  • exécuter des ordres ordonnancés
  • exécuter des scripts évolués
  • intégration avec Google Calendar
  • moteur de règles pour enchaîner automatiquement des actions “à la” IFTTT ou Zapier
  • s’interfacer avec des box domotiques telles que eedomus, Zibase, Zipabox, Fibaro HC2, Vera, HoMiDoM, Domoticz,…
  • s’interfacer avec des box internet telles que Freebox, BBox TV, LiveBox TV,…
  • s’interfacer avec des Smart TV telles que Philips, Sumsung, Panasonic, Sony,…
  • s’interfacer avec des objets connectés tels que la Station Météo Netatmo, les ampoules Philips Hue, Squeezebox, AppleTV,…

S.A.R.A.H. est l’acronyme pour “Self Actuated Residential Automated Habitat”, l’intelligence qui opère dans la maison dans la série TV Eureka. Aujourd’hui d’autres séries ou films ont mis sur le devant de la scène des systèmes domotiques évolués et dotés de la parole. Si vous comptez adopter ce système modulaire et évolutif chez vous, sachez que vous serez libre de l’appeler par la suite comme vous voudrez et de lui donner le timbre de voix qu’il vous plaira.

La conception de l’outil S.A.R.A.H. est telle que l’ouverture vers tout système proposant des API est possible. S.A.R.A.H. est construite de base pour être compatible avec tout système existant ou à venir, pouvant discuter en HTTP. L’intégration d’un système externe n’est pas effectuée par une entreprise car S.A.R.A.H. est l’oeuvre d’un homme, Jean-Philippe Encausse. L’idée trottait dans sa tête depuis 2004. Il a pris son clavier un jour et propose réellement et gratuitement depuis 2012 à tout le monde l’utilisation de son système. La communauté grandissante autour du projet fait qu’à partir des modules de base proposés par Jean-Philippe le travail a été repris et étendu afin de proposer à l’ensemble des utilisateurs de nouvelles interactions, de nouvelles intégrations, de nouvelles fonctionnalités. Bravo pour tout ce travail réalisé guidé par la simple passion. Pour vous donner un aperçu de tout ce travail bénévole rien de tel que de consulter la liste des extensions, ou plugins, qui sont disponibles via un App Store bien fourni! Cela permet de voir ce qu’un cœur logiciel bien pensé permet de réaliser par la suite.

Qui peut mettre en oeuvre S.A.R.A.H.? En théorie tout le monde. En pratique aussi mais, car il y a un mais, si l’on n’a pas peur de “mettre les mains dans le cambouis”, ou si l’on a des connaissances informatiques basiques du type mise à jour de fichiers XML on part avec des avantages sérieux.

Il faut dire que l’outil S.A.R.A.H. n’est pas un logiciel qui s’installe d’un clic et qui vous guide pas à pas dans la mise en place d’un plugin ou encore dans le paramétrage de la reconnaissance gestuelle. S.A.R.A.H. est à l’origine ce que l’on appelle en informatique un framework.  Il s’agit d’un ensemble de briques logicielles à assembler en suivant les règles de construction afin de construire une application. Depuis ses débuts, le framework s’est bien étoffé et propose des interfaces le rendant de plus en plus convivial et se rapprochant un peu plus d’un produit fini. Si l’on souhaite mettre en oeuvre toute la puissance de cette solution il faut le faire dans une démarche active et volontaire. S.A.R.A.H. doit se découvrir. S.A.R.A.H. doit d’apprendre. S.A.R.A.H. se mérite! Mais après les efforts, c’est un plaisir…

A la maison S.A.R.A.H. a été accueillie par les enfants avec de yeux grands écarquillés. Le fait de parler à un ordinateur et qu’il agisse et vous communique oralement son action réussie est un moment magique.  Rapidement sont venues de leur part une pluie de questions qui donnent certes des idées d’évolution dans l’implémentation au sein de la famille mais qui ont laissé S.A.R.A.H un peu perplexe et pour le coup sans voix:

  • Sarah à quelle heure revient maman?
  • Sarah est-ce qu’il y aura du chocolat au goûter?
  • Sarah où est la voiture bleu que je ne retrouve plus?

Il faut alors expliquer que S.A.R.A.H. peut tout faire mais qu’elle est comme un bébé, comme un enfant. Elle ne fait bien quelque chose que si l’on lui a appris à le faire. Que si on lui a donné les moyens de le faire.  Il faut du temps pour tout mettre en place. on aimerait que ce soit un système vivant en auto apprentissage. Même si les apparences sont trompeuses, il s’agit d’un programme informatique à paramétrer. Ce système est à implémenter chez soi avec la compréhension du foyer dans lequel il s’inscrit.  La mise en oeuvre réussie ne l’est vraiment que si l’on procède calmement par étapes.

sarah-dashboard

Les premières étapes consistent à se documenter sur le fonctionnement de S.A.R.A.H. Viennent ensuite l’implémentation de fonctionnalités prévues de base ou permises par des plugins mis à disposition de la communauté active. Avec l’expérience viennent ensuite la personnalisation des plugins proposés puis la création de plugins qui peuvent être proposés aux autres utilisateurs.

Les enfants ont ensuite tranché.  La voix de la domotique à la maison sera féminine. S.A.R.A.H. permet de choisir. Une voix de femme leur convenait plus. Plus rassurante peut être, ou alors moins liée à l’imaginaire du robot? Ils l’ont adoptée sous la représentation vocale de la femme qui allait prendre soin d’eux.

Toujours concernant les enfants, ils ont pris un malin plaisir à tenter de faire faire au système des blagues qu’ils n’auraient pas fait avec une autre interface. L’interface domotique via smartphone leur est étrangère ils ne sont pas en âge d’avoir leurs propres appareils. Le pilotage via tablette leur est peu familière. Ces 2 canaux d’interaction n’étaient pas sujets à facéties.  Il faut dire aussi que l’interaction avec la maison est soit “normale” (via un interrupteur classique par exemple) soit inexistante car la domotique à la maison se gère un peu tout seule en détectant les événements clé qui lui donnent les indications nécessaires pour que les actions soient déclenchées au bon moment sans perturber la vie des habitants.

Via la commande vocale ils se sentaient un peu plus libre comme s’ils demandaient à un copain de jouer un tour aux adultes. Je tiens tout de suite à rassurer les adultes. Nous sommes aidés par le fait que la reconnaissance vocale est bien moins performante avec des voix d’enfants et que l’on peut régler finement le seuil de compréhension d’un ordre vocal par le système… Ces 2 éléments pris en compte me permettent de ne pas terminer une douche dans le noir. 😉

sarah-dark-vador

Rapidement s’est posée la question du choix du “prénom” donné au système vocal.  Le prénom Sarah étant déjà utilisé parmi les membres de la famille et dans l’entourage des amis, l’appellation de base a été débaptisée. En effet, il faut savoir que lorsque l’on s’adresse à S.A.R.A.H. il faut prononcer ce “prénom” pour que le système sache que que les mots qui suivent lui sont adressés. On ne dit pas “allume la lumière du salon” mais on dira plutôt “Sarah, allume la lumière du salon”. Le logiciel sait alors que la phrase lui est destinée et s’exécute.

Mon aînée a eu le dernier mot: à la maison la voix de la domotique s’appellera ROSE. Et puis si ça change on modifiera d’un clic le paramétrage!

9 Comments

  1. […] Depuis quelques temps une nouvelle venue est est apparue pour compléter le système domotique de la maison. Cette dernière recrue apporte une petite touche fort sympathique pour la personnalisation du système installé à la maison. L'installation accueille un système de reconnaissance et de synthèse vocale appelé S.A.R.A.H. Toujours à l'écoute, toujours disponible elle apporte une interaction naturelle tout à fait intéressante. Voilà comment ça c'est passé…  […]

    lundi 2 juin 2014
    Reply
  2. Lionel said:

    En ce qui me concerne j’ai été très déçu par S.A.R.A.H.
    Je pense que pour celui qui ne met pas les mains de le cambouis ça va, mais dès qu’on veut faire une vraie architecture réseau, avec des taches localisées, c’est simplement impossible, de part sa conception. Alors oui la reconnaissance vocale est tip top (merci microsoft) mais pour moi (j’insiste) ça s’arrête là. S.A.R.A.H. aurait pu être une tuerie, c’est dommage.

    lundi 2 juin 2014
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      Bonjour Lionel,
      A priori l’outil propose une architecture de type 1 serveur et n clients. Tu ne pourras pas avoir plusieurs serveurs exécutant des tâches. En as-tu parlé au concepteur de la solution?

      mardi 3 juin 2014
      Reply
  3. Lionel said:

    L’architecture de Sarah, fait que si tu lui dit “lance photoshop” il va le lancer sur le serveur et non sur le client qui à entendu la consigne… En tout cas, j’ai pas réussi à faire mieux.
    J’avoue je n’ai pas passé des heures à chercher non plus pour la simple est bonne raison que lorsque j’ai essayé de contacter le concepteur je n’ai pas eu de réponse.
    Déjà le fait que tous les clients soient sous windows ça m’arrangeait pas des masse (à + de 600€ une surface qui fasse tourner SARAH à accrocher au mur dans chaque pièce ça me piquais), le fait qu’il ne réponde pas à fini de calmer mes ardeurs.
    Du coup je me suis dit tiens je vais développer mon alternative et je suis tombé sur le projet L.I.S.A. qui fait pareil mais en mieux (pas de grammaire mais une compréhension NPL -Neuro Linguistic Programming- ) qui à l’avantage d’avoir un meneur accessible et pas forcément fermé sur sa conception de l’architecture.

    jeudi 5 juin 2014
    Reply
  4. Vialette said:

    Ne le prennez pas mal, mais votre site pue la merde

    mercredi 4 janvier 2017
    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.