Contrôlez votre système domotique en parlant aux murs4 minute(s) de lecture

Question : Aujourd’hui on peut facilement contrôler son système domotique avec des télécommandes, des interrupteurs, des scénarii préprogrammés.  Peut-on contrôler son système domotique sans rajouter ces composants dans la maison en utilisant son corps comme “télécommande” ?

Début de réponse : Microsoft travaille sur un tel système.  Il pourra être utilisé dans le domaine du jeu mais il pourra faire plus… bien plus!  Et non je ne présente pas un détournement du Kinect mais une utilisation intéressante du corps en tant qu’antenne pour les perturbations électromagnétiques de votre habitat.

Présentation

Ce n’est pas une surprise : nos habitations sont polluées.  Nous baignons dans un  environnement de rayonnements électromagnétiques générées par la borne Wi-Fi de la maison, par le four à micro-ondes, par les transformateurs de nos appareils électroménagers, par l’installation électrique elle-même… 

Les chercheurs de Microsoft et de l’université de Washington ont trouvé une utilité à tout ce bruit ambiant: utiliser ces rayonnements d’ondes en tant qu’interface pour les ordinateurs comme le sont les claviers et les souris aujourd’hui. Les murs de notre habitat deviennent des surfaces sensitives, à nous d’apprendre à leur “parler”.

Principe de base

La technologie novatrice permettrait d’interagir avec le système domotique et de piloter ainsi les luminaires, thermostats, la musique depuis n’importe où en touchant simplement les murs.

Les champs électromagnétiques remplissant l’habitat est considéré comme du bruit, la recherche permet de l’utiliser comme interface homme-machine. Quand une personne touche un mur dans lequel circulent des câbles électriques, elle se transforme alors en antenne qui modifie le rayonnement électromagnétique.  On produit ainsi une modification du signal d’origine en fonction de la position du corps, de la proximité de la source électrique et du lieu de contact.  Le signal électrique unique peut être récupéré et interprété par un détecteur en contact avec le corps (ou proche du corps) qui se porte aujourd’hui sur le poignet ou le cou.

En résumé: quand on touche le mur derrière le canapé le geste peut être reconnu et utilisé pour, par exemple, baisser le volume sonore de la musique écoutée.

L’étude

L’étude s’est portée sur des expériences en environnement contrôlés dans 10 maisons représentant des types de constructions différentes.

Lors de l’étude du système, une personne s’est promenée dans la maison avec un sac à dos contenant un ordinateur portable et un module d’acquisition de données reliée à une plaque conductrice placée sur sa nuque.

La plaque mesurait la tension relevée par la personne en train de faire toute une série de gestes pré définis autour des interrupteurs électriques. Le logiciel de l’ordinateur portable générait des instructions de positionnement et à chaque interrupteur l’ensemble des gestes à effectuer étaient réalisés dans un ordre aléatoire.

L’expérience a montré que le bruit électromagnétique est si prévisible qu’il peut être utilisé pour déterminer où se tient la personne, ce qu’elle fait et même où exactement se trouve sa main sur le mur. 

Le capteur utilisé était une simple pièce métallique mais les chercheurs affirment que par la suite il pourra être mis dans la main d’une personne ou n’importe ou ailleurs pourvu que le signal récupéré par le corps puisse être intercepté.

Les chercheurs ont appris que dans une maison classique, le bruit électromagnétique est très différent d’une pièce à une autre cela à cause des appareils électriques qu’elle renferme.  Ils ont alors fait appel à l’intelligence artificielle pour traiter la donnée.

Les chercheurs estiment que leur travail a permis de valider le concept: les principes fondamentaux ont été prouvés et les techniques à mettre en œuvre validés.

L’aspect prédictif peut être utilisé pour contrôler la domotique de la maison et quoi de plus naturel que de contrôler la maison grâce à … la maison elle-même sans avoir recours à des télécommandes…

La prochaine étape réside dans la réalisation d’un système interactif.  La recherche doit progresser pour pouvoir apporter des solutions pour que le système soit aussi efficace dans un environnement moins sous contrôle que celui étudié lors des expériences.

Développement

Les chercheurs de Microsoft ont présenté leur travail à la  CHI Conference on Human Factors in Computing Systems qui a eu lieu le 9-12 mai 2011 à Vancouver au Canada.

Les évolutions prévues pour le capteur à porter sur soi sont liées au fait qu’il pourra être intégré à dans boitier comme un téléphone portable par exemple.

Cette technologie pourra remplacer le Kinect.  Il y aura toujours détection de mouvement mais sans avoir à se positionner dans le champ de vue d’une caméra.  La pièce entière deviendrait terrain de jeu…

Microsoft n’a pas encore décidé si un brevet sera déposé, indique Desney Tan, le chercheur de Microsoft qui dirige le projet.  Il indique que l’entreprise étudie le fait de rendre cette technologie open-source en notant que la technologie mis en œuvre est si simple que des ingénieurs amateurs seraient à même de construire des systèmes similaires.

A suivre donc…

 Source: Microsoft,  New Scientist, Technology Review, Discovery News

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.