Quels ont été les faits marquants de la Smart Home au CES 2019 ?14 minute(s) de lecture

Le CES 2019 peut paraître loin maintenant. C’est vrai même si au final ce n’était qu’en tout début du mois dernier. Depuis la folie CES, le mois de janvier s’est écoulé à toute vitesse. Le jet lag est passé. Il a été sévère en ce qui me concerne cette année. Il m’a permis de récupérer 2-3 virus de saison… Bref, le CES est maintenant digéré. Je vous propose de faire un petit point ensemble sur la Smart Home telle que présentée, telle que vécue et telle que perçue à l’occasion de ce salon mondial dédié à l’électronique grand public.

Alors c’était comment le CES? A cette question maintes et maintes fois posées, je réponds cette année encore: TOP! C’est en effet comme cela que je l’ai vécu. Je n’en suis pas blasé comme on pourrait peut être l’être au bout de très nombreuses années. Il y a tellement de choses à voir qu’il faut savoir fouiller un peu afin de trouver ce que l’on cherche et ne pas tomber dans le survol du salon qui serait décourageant. Il y a certes des des choses nouvelles mais également des entreprises à revoir et à suivre au fil des années.

Le CES 2019 était “top” c’est sûr, mais entendons nous bien (attention spoiler), il est génial pour comprendre les directions qui sont empruntées par les acteurs du secteur de la maison connectée (ou tout autre secteur que vous voudriez suivre d’ailleurs). Même s’il n’y a pas d’innovation a effet “wahou” en ce qui me concerne, ce salon a un grand intérêt pour la veille sectorielle inscrite dans un ensemble global. C’est parce qu’il permet de rencontrer en peu de temps et en un seul lieu (certes étendu) tout un monde que s’inscrit dans un univers que le CES est génial.

Les protocoles toujours non interopérables

La domotique souffre depuis son origine de manque d’interopérabilité. Un client qui s’équipe d’une technologie A aura bien du mal à pouvoir intégrer des produits dotés de la technologie B. Même si des passerelles existent, La solution reste compliquée au pays des Zigbee, des Z-Wave, des Bluetooth, des EnOcean… Pas de surprises de ce côté, le CES 2019 n’a pas réglé la situation.

L’offensive Zigbee

On constate néanmoins que la situation évolue au pays des protocoles. Le grand champion de cette année est le Zigbee. Et oui, il revient sur le devant de la scène tel un Phoenix, Il renaît de ses cendres et se met en avant en faisant non seulement la promotion du Zigbee 3.0 mais en démontrant que les entreprises l’ont adopté. Il faut dire que ce protocole a de bons arguments pour convaincre: il est efficace, il coûte moins cher à implémenter que ses concurrents et il n’existe qu’une seule fréquence ce qui facilite sa diffusion mondiale. Après il faut que les industriels jouent le jeu et n’implémentent pas de surcouche propriétaire si l’on veut respecter l’interopérabilité…

Des grands groupes tels que Amazon lui ont permis de sortir d’un certain anonymat en le proposant dans certaines versions de l’Amazon Echo. Cette année Somfy en a fait la promotion en lui dédiant l’une de ses nouveautés: une version de la box domotique Tahoma embarquant cette technologie. Elle est dédiée au marché US pour le moment. Une déclinaison pour l’Europe via une box intégrée dans le tableau électrique (format Rail DIN) propose également ce protocole.

Le pâle Bluetooth

En beaucoup plus discret on retrouve le Bluetooth. Sa déclinaison Mesh n’est plus mis en avant sur les stands. Côté consommateur on attend toujours des réalisations en Bluetooth Mesh… Sur le salon on me soutient que les industriels ne le boudent pas. La technologie semble devoir être plus mature pour que sa diffusion puisse être assurée. Les applications se font attendre. On espère simplement que les promesses du Bluetooth Mesh ne sont pas relégués à de simples idées théoriques.

Le français Nodon ne parle plus du Bluetooth Mesh cette année. Le Bluetooth “classique” reste un protocole auquel il croit cependant. Il souhaite toujours la mettre en oeuvre pour ses clients. Dans son actualité CES 2019 qui est entièrement dédiée au B to B, Nodon propose à ses clients partenaires industriels de réaliser pour eux des modules et micro modules via une plateforme technologique pouvant intégrer le Bluetooth, le Zigbee ou le Thread qui partagent les mêmes fréquences. Cette rationalisation permet d’accélérer grandement les délais de fabrication pour l’un et de mise sur le marché pour l’autre. L’activité de production en marque blanche prends le dessus chez Nodon cette année sur le développement de nouveaux produits pour le client particulier.

Z-Wave tente de résister

Du côté du Z-Wave il y a de belles choses. L’Alliance tenait encore un stand offrant une place de choix aux industriels qui souhaitaient promouvoir leurs produits Z-Wave. Contrairement à la Zigbee Alliance qui n’avait pas de stand propre cette année mais qui pouvait être rencontrée sur le salon en étant hébergée par Leedarson, l’un de ses membres, la Z-Wave Alliance mettait en avant ses membres sur son stand.

Le stand de la Z-Wave Alliance reste une belle occasion pour voir tout le savoir faire autour des modules et micro modules intégrant cette technologie. Il y avait de nombreux produits sympathiques. La technologie Z-Wave série 7 annoncée l’an dernier pointe son nez notamment chez Aeotec qui annonçait en plus son rachat de l’allemand Popp. Mis à part 2 ou 3 cas particuliers, l’ambiance sur le stand de l’Alliance était un peu froide. Il est vrai qu’il y a plus sexy sur le salon que des modules pour la Smart Home mais le site ne respirait pas la grande joie. Ah oui, la palme revient à cet exposant ronchon et à ses réflexions du type “non vous n’avez pas le droit à plus d’une photo”. Je ne sais pas à quelle couverture médiatique il souhaite faire appel…

Pour voir de l’innovation Z-Wave il fallait mieux quitter la Z-Wave Alliance et aller du côté de Fibaro ou de Zipato. Fibaro annonçait de très jolis interrupteurs et prises intégrant le protocole Z-Wave : la gamme Walli. La nouvelle interface graphique de l’application mobile était également dévoilée. Le terme IA était utilisé pour expliquer le fait que l’application mette en avant maintenant les périphériques les plus utilisés dans la maison. Ce terme d’intelligence artificielle me semble ici être bien trop marketing… Fibaro avait également apporté le Smart Implant aux US. Ils ont bien fait: il y a reçu un Innovation Award.

Zipato présentait quand à lui une nouvelle version de son application mobile, de sa Zipabox et de la Zipatile. Les 2 derniers ne sont pas forcément des nouveautés CES 2019 mais leur arrivée prochaine sur le marché leur permettait de mériter une certaine visibilité.

Les assistants vocaux toujours à la conquête du monde

Toujours dans une optique de conquérir de nouveaux horizons et d’étendre leur couverture, l’assistant vocal d’Amazon, Alexa, et celui de Google étaient de la partie cette année. Les 2 géants américains ont pris des optiques différentes pour tenter de convaincre les industriels et les média que leur solution était la meilleure.

Google qui avait redécoré l’année dernière la ville aux couleurs de Google Assistant a continué cette année l’épreuve de force. Son stand sur le terre-plein central avait bien grossi. Il était quasiment entièrement dédié a Google Assistant. Le message est simple : que ce soit dans la maison, dans la voiture ou au bureau, les Google Home peuvent sous toutes les formes apporter leurs services.

Amazon de son côté semblait avoir une ligne de conduite plus sage. Un grand espace avait été réservé par le géant américain au dessus de l’Eureka Park pour mettre en scène la technologie Alexa. Les partenaires compatibles avec cette technologie ou bien intégrant l’assistant étaient présent pour parler de leur expérience avec l’écosystème. Amazon souhaitait donner une image pro résolument tournée vers les partenaires, les interactions et les compatibilités. Ils auraient eu tord de s’en priver: c’est l’un des points forts de cette solution qui conserve, surtout aux US, une longueur d’avance sur la concurrence à ce niveau.

Apple, qui n’avait pas de stand au CES, y était cependant bien présent. Toutes les marques présentes tentaient de mettre en avant le triplet gagnant : compatible Google Assistant, Amazon Alexa et Apple Homekit. Les industriels savent que cela leur ouvre des opportunités de ventes. La compatibilité, l’interaction voir mieux l’interopérabilité fait vendre! Le CES est un reflet de ce qui se passe dans les rayons: seules les produits ouverts vers les autres technologies ont de l’avenir.

Sans être présent via un stand, Apple avait fait le déplacement pour narguer la concurrence et bousculer les esprits en parlant de sécurité. La firme de Cupertino a pour l’occasion décoré la façade d’un hôtel avec un message digne d’un troll sur les réseaux sociaux:

Sur les terrain des assistants, Amazon, Google et Apple dominent le marché. Cependant il y a des petites pépites qui tentent de se faire un nom. On retrouve notamment parmi elles Snips ou encore Vivoka qui souhaite développer sa technologie en dehors de son produit maison, Zak. Vous ne serez pas surpris si je vous dis que leur argumentaire met en avant des éléments liés au respect de la vie privée… Ils ont là un argument de taille pour percer avec leur technologie dans des domaines ou des applications où cette question est cruciale.

Tous les acteurs de l’assistant connecté misent clairement maintenant sur la diffusion de la technologie logicielle. Le hardware proposé par les marque dans un premier temps pour permettre de comprendre l’utilisation de ces services et pour prouver son efficacité et sa simplicité est maintenant confié aux partenaires. Amazon et Google souhaitent que de nombreux industriels proposent les assistants dans leurs objets.

Legrand a répondu à l’appel en proposant des interrupteurs intégrant Alexa. Deux interrupteurs ont été conçus en ce sens et devraient arriver sur le marché. Ils permettront à Alexa de se faire presque invisible dans nos maisons et de répondre présent facilement dans toutes les pièces si on le souhaite.

Les objets du moment

Les différents visiteurs ayant déambulés dans les allées du CES 2019 dédiées à la Smart Home pourront vous le confirmer. Le produit du moment, l’objet que l’on voyait partout dans le salon était celui que l’on retrouve à l’entrée de la maison. 2 produits phares se déployaient sur les stands : la serrure connectée et son acolyte la  sonnette connectée. Si la première n’est pas une nouveauté, la seconde semble avoir été THE objet que tout le monde a développé en 2018 pour être présenté à Las Vegas en janvier 2019. L’entrée dans nos maisons était au CES 2019, ultra connectée! Certain visiteurs n’ayant pas plus d’intérêts pour la Smart Home que la simple curiosité m’ont d’ailleurs fait part d’une certaine overdose vis à vis de ces produits en sur nombre au CES 2019.

Pour tous ces fabricants, il n’était donc pas facile de tenter de se démarquer. Pour se démarquer du lot il n’y a pas trop de secrets, il faut savoir innover dans la serrure connectée pour que l’on puisse parler de vous. La serrure de Havr a eu bien du mal à présenter non plus son prototype comme l’année dernière mais bien son produit fini prêt à débarquer dans les foyers. Son secret pour se démarquer de la concurrence? Cette serrure utilise la lumière comme clé.

Il en est de même pour la sonnette connectée. Il a surement été plus compliqué pour Netatmo de présenter son tout dernier produit: une sonnette vidéo. La marque peut mettre en avant sa simplicité d’installation, sa facilité d’utilisation, sa compatibilité Homekit, ou encore sa notoriété dans le secteur. Il faudra convaincre que le produit est meilleur que la très nombreuse concurrence.

La Smart Home explore les sujets sérieux

Au CES 2019, on notera que la Smart Home se penche sur des sujets sérieux. Des solutions lui prévoient un lien avec la Smart City. D’autres lui la positionne en surveillant de la surconsommation ou en garant de la détection des pertes.

Sur la planète il n’y a pas de ressources illimitées. L’électricité par exemple doit être économisée. Si elle peut être produite de manière la plus propre possible et consommée localement c’est encore mieux. Des solutions telles que Skavenji sont là pour apporter sa pierre à l’édifice. Pour stoker l’énergie produite le jour et l’utiliser intelligemment par la suite, Lancey Energy Storage avait fait le déplacement pour la deuxième année consécutive afin de  faire la démonstration de sa technologie qui permet de proposer des radiateurs intégrante des batteries… Le suivi de la consommation est également un enjeu important. C’est pour cette raison que Zome a d’ailleurs reçu le Best of Innovation de la catégorie Smart Home pour une solution de suivi de la consommation liée à la Smart City.

Du côté de la gestion de l’eau on note également des solutions à de réels problèmes. Les compteurs sont mis sous surveillance avec des solutions telles que Protecto qui lutte contre les pertes qui deviennent de plus en plus coûteuses.

Phyn aborde également ce sujet du contrôle des fuites mais après le compteur. La solution y intègre des vannes permettant de couper l’eau en cas de détection de pertes.

La consommation est elle aussi suivie de près. Le système de douche connectée EddoDrop permet par exemple de vous aider à limiter votre consommation d’eau pendant vos douches.

En conclusion…

En conclusion on peut dire qu’au CES 2019, la Smart Home continue son avancée vers une certaine maturité. Il y a encore un bon bout de chemin à faire pour que les technologies soient interopérables mais ça ce n’est plus une surprise pour le plus grand “bonheur” du consommateur. Les acteurs qui font la promotion des protocoles tentent de rallier les professionnels à leur cause. Cette année les promoteurs du Zigbee semble avoir fait un travail plus efficace. Le Wi-Fi et les API continuent à se développer et mettront peut être un jour tout le monde au pas dans cette cacophonie protocolaire domestique.

Vous en avez surement entendu parlé, les grands thèmes développés dans d’autres allées du CES 2019 étaient la 5G et l’IA. La 5G a de l’avenir. Ce mode de communication et sa promesse de faible latence trouvera des applications rapidement dans les véhicules autonomes et dans des usages industriels. Il sera surement mis à contribution pour connecter ensuite la maison à son environnement. Pour les périphériques domotiques, les industriels ont déjà du mal à faire émerger un protocole unifiant le secteur. Il n’est pas certain que la 5G soit un candidat pour cela.

L’IA est bien présenta dans les solutions pour la maison connectée. A ce stade on peut avoir des doutes quand au fait que ce terme soit vraiment adapté à la technologie mise en oeuvre… En discutant avec les industriels, il semblerait que l’intelligence artificielle soit plus un mot du moment qu’il faut savoir placer pour être Smart. A priori il est plus vendeur dans les allées du CES de parler de IA plutôt que de bons algorithmes statistiques…

La Smart Home est en tout cas un secteur qui ne cesse de se développer et de mûrir au CES. Les nouveautés sont moins surprenantes et déroutantes. L’innovation est là mais elle se fait plus discrète en ce sens qu’elle recherche moins le sensationnel. Les industriels établis tout comme les start-up doivent apprendre à la mettre intelligemment en avant. Pour le visiteur, c’est compliqué. Entre les produits semblable et similaires il faut savoir la dénicher. C’est néanmoins un jeu d’investigation passionnant.

Pas d’effet “wahou” donc cette année. L’industrie se construit, s’observe, se copie et se rationalise. La Smart Home au CES 2019 semblait plus occupée à continuer de survivre dans un marché qui n’explose toujours pas autant que ce qu’annoncent les promesses des cabinets spécialisés.

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.