Bilan électrique français en 20113 minute(s) de lecture

RTE communique cette année encore sur l’électricité en France.  Pour cet exercice, il est vrai que RTE est bien placée pour sortir des chiffres car l’acteur chargé du transport et de la distribution de l’électricité en France est au coeur du sujet. 

RTE comptabilise en permanence les données fournies par tous les acteurs du marché. Cela lui permet de collecter, digérer et publier des chiffres exhaustifs portant sur le système électrique français : consommation, production, importations et exportations. 

Pour 2011 voici ce que l’on pourra retenir.

Au fait qui est RTE?

Réseau du transport de l’électricité, RTE est au cœur du système électrique français. Au quotidien, il exploite et développe le réseau de transport de l’électricité. Il veille à l’approvisionnement et à la sécurité du système, en assurant un accès équitable à tous les utilisateurs (producteurs, distributeurs, consommateurs). Acteur public et indépendant, c’est aussi une source essentielle d’informations sur le secteur électrique français.

Pour l’année 2011 écoulée, la conjonction de différents facteurs a impacté fortement le fonctionnement du système électrique français

Facteurs Météorologiques

La douceur des températures a entraîné une baisse notable de la consommation des Français : 478,2 TWh , soit -6,8%.  Les consommations de pointe sont toujours sensibles à la température.

Facteurs Economiques

Corrigée notamment du facteur météorologique, la consommation est en hausse de 0,8% sur l’année. Cependant, après une reprise de la consommation française au premier semestre, RTE observe à partir de l’été 2011 une baisse générale des consommations (particuliers, professionnels, grande industrie), à l’exception des PMI /PME.

 

Une inflexion à la baisse de la consommation à partir de l’été 2011, est sensible, notamment dans le secteur de l’industrie.

Facteurs Techniques

Le parc de production installé poursuit son développement ; la production issue des énergies renouvelables (hors hydraulique) augmente fortement (+26,4 %). La production nucléaire, en hausse de 3,2%, a permis de compenser le déficit hydraulique (-25,6%) dû aux conditions de sécheresse du printemps et de l’automne dernier.

La production française d’électricité est en recul de 1,5%:

Parallèlement à cette baisse de production, la capacité totale du parc de production français a augmenté de 2,2% soit de plus 2 600 MW.

La production éolienne a couvert 2,5% de la consommation annuelle en moyenne (contre 1,9% en 2010), avec un maximum à 10% le 17 juillet. La puissance du parc éolien a augmenté de 15%.  Ayant une part de production de 2,2% en 2011 Elle a progressé de 22,8% par rapport à 2010.

 

La production photovoltaïque a plus que triplé par rapport à 2010. Le parc photovoltaïque a dépassé les 2000 MW installés.  Même si sa part dans la production 2011 ne représente que 0,3 % elle a progressé de 208,8% par rapport à 2010!

Facteurs Européens

L’arrêt de 7 réacteurs nucléaires allemands a fait passer le solde des échanges entre la France et l’Allemagne d’importateur à exportateur. Le solde français des échanges aux frontières est exportateur ; il a presque doublé par rapport à 2009 et 2010 (55,7 TWh en 2011, soit + 89% par rapport à 2010). Il retrouve un niveau comparable à celui de 2007.

Ces échanges d’électricité avec les pays voisins ont été influencés par la baisse de la consommation d’électricité intérieure, la disponibilité des moyens de production en France et l’arrêt de sept tranches de production nucléaire allemandes. Avec l’Allemagne, la Belgique et l’Espagne, le solde des échanges devient exportateur alors qu’il était importateur en 2010.

Et pour 2012?

Dans cet environnement en évolution rapide, RTE va poursuivre en 2012 l’augmentation de ses investissements (1,4 milliard d’euros, soit +18% par rapport à 2011)

L’alimentation électrique atteint une qualité de service à son meilleur niveau historique en 2011 : le temps de coupure équivalent  des clients de RTE est à son plus bas niveau historique.

RTE compte poursuivre cette politique industrielle dans les prochaines années pour accueillir les nouvelles installations de production (dont les parcs éoliens offshore), développer les capacités d’interconnexion avec les pays voisins, renforcer la sécurité d’alimentation de plusieurs régions dont les régions PACA et Bretagne et renouveler ou réhabiliter les ouvrages actuels.

Source : RTE

2 Comments

  1. François said:

    Une autre synthèse de la production et consommation d’électricité en 2011, avec comparaison aux années précédentes.

    Ici : http://energeia.voila.net/electri/electri_france.htm

    A remarquer la forte progression de l’éolien et du solaire, mais une mauvaise année pour l’hydraulique à cause d’une des plus faibles pluviosités depuis 50 ans.

    mercredi 4 avril 2012
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      Merci pour ce complément d’info.

      mercredi 4 avril 2012
      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.