J’ai testé le fait d’être copilote de Sébastien Loeb… en réalité virtuelle au #Futuroscope6 minute(s) de lecture

Ce weekend, j’ai eu le plaisir de me rendre au Futuroscope afin d’assister à l’inauguration de leur toute nouvelle attraction. Dans ce parc d’attraction on a l’habitude de mettre en oeuvre ce qu’il y a de plus innovants en termes de technologies au service de l’image et du son en l’adaptant pour une utilisation grand public avec les contraintes d’un lieu public à forte affluence. Au cours de cette journée j’ai pu encore constater dans les différentes attractions que les multiples propositions d’attractions plaisent.  En sera-t-il de même pour la toute dernière? Permettez-moi de vous raconter Sébastien Loeb Racing Xperience la dernière attraction du Futuroscope.

Une attraction qui mise sur les technologies

La nouvelle attraction a été inaugurée ce samedi en présence du célèbre pilote de rallye, de tout le gratin local et des officiels du parc. Le Parc a fait les choses en grand pour cette inauguration. Un train spécial a été affrété depuis Paris pour transporter tous les invités.

400 invités conviés pour rencontrer le champion, le parc et leur attraction. Rien ne doit être laissé au hasard pour donner un bon élan à cette attraction qui a tout de même coûté 6,5 M d’€.

 

Le pitch de l’attraction est le suivant:

Embarquez dans la voiture de Sébastien Loeb, 9 fois Champion du Monde des Rallyes, installez-vous dans un siège baquet dynamique et expérimentez la conduite sportive grâce à votre casque de réalité virtuelle ! La première attraction au monde en VR 5D.

L’histoire qui vous est proposée de vivre se déroule alors qu’une collision entre un camion et un train a provoqué une importante fuite d’un gaz hallucinogène en Lorraine. Il faut sauver la population et trouver d’urgence un antidote. Pour le mettre au point, quelqu’un doit transporter très vite un échantillon au laboratoire. Seul Sébastien Loeb peut aller assez vite et sauver l’humanité…

Et vous dans l’histoire? Vous êtes réquisitionné (on ne vous a pas trop forcé non plus) et embarquez avec Sébastien Loeb pour convoyer la fiole salvatrice. A oui, vous tentez de garder cette fiole bien droite : elle n’est pas tout à fait hermétique. Il en va de soit que la route ne sera pas du tout une promenade de santé… à 180 km/h sur les petites routes d’Alsace. Installé dans un siège baquet électrodynamique bougeant sur six axes vous vous transformez en un copilote d’un jour… pendant 2 minutes 57..

La réalité virtuelle à l’honneur

L’attraction inaugurée par un des vrombissements de moteurs, des crissements de pneus et l’intervention des pompiers met en avant la réalité virtuelle. C’est grâce à un casque de réalité virtuelle (HTC Vive) qu’une image haute définition 6K à 360° vous transforme en copilote de Sébastien Loeb.

Après avoir patienté dans des salles retraçant la carrière du pilote, vous rentrez dans une salle proposant plus de 100 places. 108 sièges baquets exactement attendent les copilotes. En chaussant le casque Sébastien Loeb vous salue et prend le volant. Un mécano vous prodigue des conseils et c’est parti pour la folle virée! Sébastien Loeb souhaitait que l’on puisse reproduire les sensations qu’il éprouve lors de ses courses. On y retrouve les secousses, les virages, les accélérations, les cahots de la route, bref tout un trajet très grisant. On le voit piloter, changer les vitesses, négocier les virages, … Tout y est pour que la fiction devienne réalité.

Que penser de cette attraction?

L’attraction est bien amusante et accessible à tous (pour peu que l’on soit pas enceinte et que l’on mesure plus de 1,20m). Le plus gênant au final c’est que l’attraction ne dure que 2 minutes 57. C’est trop court et on en redemande. C’est peut être à cela que l’on peut juger que l’attraction est réussie.

Tout a été dimensionné pour accueillir 650 visiteurs par heure. Les attractions actuelles du parc ne demandent que peu de personnes en salle. Celle-ci devra faire appel à du personnel pour aider les visiteurs à chausser correctement les lunettes par exemple. Cette assistance est nécessaire car rares sont ceux qui savent manier un HTC Vibe et ses écouteurs. Dans les autres attractions si l’on s’assoit et que l’on chausse de lunettes à la forme classique c’est un grand max. La durée d’une séance doit prendre en compte ce paramètre.  La bonne nouvelle c’est que l’on peut utiliser ses lunettes de vues avec cet appareil. Il n’y a pas de réglage de vision a faire avant le spectacle.

Si pour n’importe quelle raison l’on doit retirer son casque de VR on peut continuer à profiter de l’histoire sur un grand écran. C’est ce qu’a fait par exemple Arthur; 8 ans. Il m’a raconté qu’il y avait un peu trop de sensations pour lui. Une fois le casque retiré, il a trouvé le spectacle bien fade. Repositionner le casque a été trop difficile. Il reviendra sans aucun doute revoir la course folle.

Quand à Alice, 13 ans, elle a adoré les sensations. Elle aussi a trouvé l’attraction bien courte, surtout si elle la met en face de l’attente bien longue avant d’y accéder. Les conditions de cette visite étaient tout de même exceptionnelles. L’attraction jusqu’à son ouverture est en phase de réglage. Sa mère indiquait quand à elle que l’histoire de fiole utilisée en tant que prétexte à cette expérience était un peu inconsistante. La course folle est pour elle. On tient un joystick dans la main sensé la matérialiser. Il faut garder le joystick le plus droit possible. On a l’impression que tenir la fiole droite ou non n’a aucune incidence sur le déroulé de l’histoire qui est écrite à l’avance.

Je partage ces avis et comme eux ai passé un très bon moment. Certains effets auraient pu être plus développés. La fin est un peu abrupte. Il ne faut pas oublier que ce n’est pas un long métrage. Les autres visiteurs attendent à la porte. On passe en réalité une belle (et trop courte) expérience réellement immersive.

Cette nouvelle attraction a aussi pour but de montrer ce qui peut être offert par les casques de réalité virtuelle. Avec Sébastien Loeb on perçoit SA réalité sur les routes. Mais l’expérience serait bien fade dans notre salon. Le siège baquet à 6 axes dans la salle du Ftuturoscope n’est pas un figurant. L’expérience serait plus terne sans lui. Les odeurs apportent également leur plus. J’ai eu confirmation de ce que j’avais pu vivre lors d’autres tests que j’ai pu faire avec cette techno. Les casques de VR ont vraiment besoin d’un siège qui bouge, de skis qui glissent ou de surf qui flotte pour parfaire l’expérience.  Sébastien Loeb Racing Xperience en fait une belle démonstration.

Rendez-vous au Futuroscope!

Le parc du Futuroscope ne se repose pas sur ses lauriers. D’année en année, les attractions tournent et se renouvellent. Le rythme de renouvellement dépend bien évidemment de l’actualité technologique et de l’engouement du public pour le spectacle spécifiquement offert.

Si vous vous rendez au Futuroscope vous pourrez d’ailleurs continuer à voir l’attraction Futur que je vous avais présenté. Elle est consacrée aux technologies dites “du futur” mais dont certaines sont dès à présent disponibles. Elle a un peu vieilli mais est toujours sympathique à visiter. Quand à l’attraction proposée avec Sébastien Loeb elle sera ouverte au public dès le 7 avril 2018 à temps pour les vacances de Pâques. Même dans la réalité il joue à l’Homme qui tombe  à pic!

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.