La Smart Home League, l’alliance des industriels pour repenser le secteur7 minute(s) de lecture

En marge du salon IFA qui se tient du 6 au 11 septembre 2019 à Berlin, des acteurs de renom du secteur de la Smart Home sortent de l’ombre pour tenter de venir à l’aide de la maison connectée. Ces industriels ont pris le parti de se mettre ensemble afin de mieux comprendre pourquoi leurs activités respectives n’étaient pas aussi resplendissantes que prévues. Ils ont également pour ambition de trouver des solutions afin de lever les blocages qui freinent le taux de pénétration de la Smart Home dans les foyers européens.

Le secteur de la Smart Home est prometteur. Ça c’est ce que l’on peut lire du côté des annonces des industriels et surtout des prévisions des cabinets de prospective. Sur le terrain, la réalité du marché est un peu différente. A qui la faute? C’est ce qu’ont voulu savoir des industriels en lançant la Smart Home League et en commanditant une étude européenne auprès des consommateurs.. Les solutions sont là, certaines certes plus matures que d’autres, mais la demande ne semble pas combler les attentes de vente des industriels. Les technologies sont de plus en plus efficientes et stables. Le mal n’est pas technologique, il est ancré plus profondément dans la décision du consommateur.

La bonne nouvelle c’est que, bien que le taux d’équipement soit aujourd’hui de seulement 11 %, l’étude a également révélé une demande en croissance.

Les membres prestigieux de la Smart Home League

La Smart Home League est une association de leaders dans les domaines de la gestion du climat, des appareils électroménagers, de l’éclairage, de la sécurité et des assistants vocaux pour démontrer comment la technologie peut aider les gens chez eux au quotidien. 

La Smart Home League

Les membres de la Smart Home League ne sont pas des petits noms du secteur de la maison connectée. Ils sont au nombre de 7:

  • Tado°
  • Ecovacs
  • Ring
  • Yale
  • Philips Hue
  • Google
  • Amazon

Ils ont donc commandé une étude auprès du cabinet Dynata qui a sondé plus de 6 000 Européens (1 000 par pays : Royaume-Uni, Allemagne, France, Italie, Espagne et Pays-Bas). Les conclusions ont été présentées ce 4 septembre 2019 à la presse. Elles retracent les besoins des clients et leurs intentions d’achats. L’enquête montre que les Européens ont une idée plutôt positive de la Smart Home : elle peut leur apporter des économies financières et les aider à faire des économies d’énergies. La domotique peut également prendre à sa charge des tâches rébarbatives que le consommateur aurait envoie de confier à une automatisation. En effet, 78 % des jeunes de 20 à 40 ans n’aiment pas perdre leur temps à faire des tâches ménagères simples et routinières. 

Dans la réalité, il s’avère que 71% des répondants n’ont pas encore de produit connecté à la maison. Toutefois, l’enquête montre que 37% envisagent d’acheter un produit de maison intelligente au cours des 12 prochains mois. Les produits qui apportent de vrai bénéfices servent à promouvoir le secteur : parmi les participants à l’étude qui possèdent déjà un appareil intelligent, 68% d’entre eux souhaitent en acheter un autre. Une première expérience réussie avec des produits de la maison connectée montre que si le besoin est bien adressé, la valeur ajoutée est reconnue et les avantages sont appréciés.

La maison connectée c’est cool… mais au fait, ça sert à quoi?

Les européens voient la maison connectée de manière plutôt positive. 63% des participants se sentent à l’aise avec l’idée de vivre dans une maison connectée qui prend soin d’eux. En Italie et en Espagne, ce chiffre dépasse même 80%! En France ce chiffre n’est que de 58.20% . L’étude montre qu’il existe une forte demande pour les produits de soins à domicile. Le problème de nombreux Européens est qu’ils ne sont pas conscients de la valeur ajoutée que peuvent apporter les appareils d’une maison connectée. Les bénéfices et les avantages ne sont pas clairement expliqués.

“Les consommateurs veulent bien une maison intelligente offrant des expériences positives, des produits et des solutions qui rendent la vie quotidienne plus confortable, plus efficace et plus sûre”, a déclaré Dave Ward, chef de produit Europe chez Ring. “Vous voulez une vraie valeur ajoutée? C’est un produit qui résout un problème plutôt que de simplement apporter plus de technologie à la maison.”

Des résultats intéressants …

Comment adresser maintenant le marché de masse

Maintenant que les “early adopters” ont ouvert la voie à la Sart Home, l’industrie souhaite faire maintenant un grand pas en avant vers le marché de masse. Pour que cette étape réussisse, il n’y a pas 36 solutions:

  • la Smart Home doit adresser des besoins en apportant des solutions adaptées et non pas en installant de la technologie
  • les appareils connectés doivent être accessibles, abordables et faciles à utiliser.
  • les solutions mises en oeuvre doivent également communiquer ensemble et non pas uniquement avec le smartphone du propriétaire

Si le smartphone a permis aux premiers clients d’installer leur Smart Home, les moins technophiles pourront compter sur les enceintes connectées comme Amazon Echo et Google Home. D’après ce 2 acteurs, les assistants vocaux participent à accélérer l’adoption de services connectés. Leur point forts? Une installation facile, une tarification attrayante et à une personnalisation facile des tâches à confier à la Smart Home via les routines quotidiennes.

En réalité, 28% des Européens interrogés préfèrent interagir avec leur appareil domestique intelligent via la voix, 40% préfèrent utiliser l’application pour smartphone et 32% préfèrent contrôler leurs produits intelligents via une commande vocale en combinaison avec une application.

Après le diagnostic, l’action…

Les acteurs de la Smart Home League savent que la maison connectée peut aider les gens de différentes manières et rendre leur maison plus sûre, plus confortable, plus économe en énergie et plus rentable.

Ils savent qu’il faut redoubler d’effort pour continuer la pédagogie. Il faut continuer à

  • expliquer que les aspirateurs robots nettoient le sol lorsque vous n’êtes pas à la maison : Ecovacs annone que dans les 2 pays les plus importants du marché du robot aspirateur à savoir la Chine et l’Allemagne, le taux de pénétration de ces appareils n’est que de 5%.
  • expliquer que les clients à mobilité réduite ou ayant des problèmes de santé peuvent éteindre les lumières ou ouvrir la porte sans avoir à se lever avec la voix. Amazon et Google doivent continuer et faciliter les compatibilités
  • expliquer que les serrures connectées et les caméras de sécurité offrent d’avantage de sécurité et de tranquillité d’esprit. Ring et Yale ont tout à y gagner à démontrer que leurs solutions sont fiables et sécurisées.
  • expliquer qu’en cette période de bouleversements climatiques, les économies d’énergie deviennent de plus en plus nécessaires. Tado et Philips Hue doivent prouver que les investissements dans des thermostats et des lampes intelligentes peuvent effectivement participer à réduire la consommation d’énergie et à économiser de l’argent.

Après l’explication il faudra convaincre avec des solutions fiables, sécurisées, respectueuses de la vie privée, interopérables,… La Smart Home League n’a pas de solution toute faite. Ils ont à ce jour un constat, ils savent quoi corriger. Si des acteurs de cette envergure arrivent à se mettre d’accord pour travailler ensemble c’est un bon début. On peut garder espoir. Il y a des signes positifs : début juillet Google veut bien que l’on regarde YouTube via Amazon Fire TV et Amazon Prime Video peut maintenant être diffusé via Chromecast ou Android TV. Il y a des choses qui peuvent changer!

Les industriels savent maintenant qu’il faut simplifier les offres technologiques pour proposer des solutions adaptées à subvenir à des besoins, à remplir des fonctions. Il faut convaincre, sécuriser et interagir avec les autres car comme l’expliquait un intervenant : “aujourd’hui tout est connecté et tout est un écosystème mais il y a encore beaucoup à faire pour que tout ces mondes se comprennent”. Au final on peut retenir que le consommateur ne veut pas d’une maison “qui fait tout à votre place”, ni d’une maison “que l’on contrôle avec un smartphone où que vous soyez dans le monde”, il ne souhaite peut être qu’une Smart Home qui vient en soutien à SA vie. Maintenant que c’est dit, au travail!

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.