Sigfox relève le défi d’être le réseau de l’IdO6 minute(s) de lecture

Sigfox est un réseau global très bas débit conçu pour les objets connectés. Ça c’est pour la définition officielle. Autrement dit, cette entreprise toulousaine se propose de véhiculer à faible coût, sur de longues distances, tout en utilisant un minimum d’énergie, les informations de ces composants de l’Internet des Objets. Cette technologie a pour but d’étendre la portée de la connectivité en complétant la 2/3/4G, le WiFi ou encore le Bluetooth. Ce réseau cellulaire est conçu pour les petits messages. Ce secteur de niche a pourtant un terrain de jeu d’une dimension mondiale. Présentation d’une pépite de la French Tech.

sigfox_modem+main

Sigfox est une entreprise qui est née d’une idée toute simple. L’Internet des Objets est un ensemble d’objets connectés et qui dit connecté dit communication et donc réseau. Le réseau est nécessaire pour que la communication entre objets ou bien avec le serveur central puisse être assurée. Les réseaux actuels tels que la 2/3/4G sont très efficaces pour la voix ou les datas des smartphones. Pour les petites quantités de données, leur efficience est remise en cause. La lourdeur de la communication imposée par ses réseaux est une source de consommation énergétique pour tous les objets qui n’ont que peu de données à transmettre.

Sur SIGFOX vous pouvez envoyer entre 0 et 140 messages par jour et chaque message peut contenir jusqu’à 12 octets de données réelles de charge utile. Le protocole transmet déjà l’ID du périphérique, donc les 12 octets représentent la charge utile réelle et il n’y a aucune limite concernant la structuration de ces 12 octets.

12 octets couvrent facilement les besoins des appareils, transmettant des données telles que l’emplacement de l’appareil, un indice de consommation d’énergie, une alarme ou tout autre type d’informations générales du capteur.

La solution proposée est construite sur une infrastructure d’antennes et de stations de base totalement indépendantes des réseaux existants, comme les réseaux de télécommunications des GSM. En France, fin 2014, le réseau cellulaire de Sigfox comporte 1 300 antennes. Il couvre tout le pays. Afin d’apporter une réponse à la couverture de zones inadaptées au déploiement de stations de base terrestres comme les régions désertiques ou les océans Sigfox pense faire appel au satellite. Cette solution d’accès hybride terrestre/satellite permettra au réseau d’offrir une couverture globale.

Créé en 2009, Sigfox se positionne donc comme un opérateur télécoms focalisé sur les applications M2M et IoT à très bas débit. La technologie de communication développée se veut être à la fois fiable, capable d’une transmission sur une longue portée, tout en nécessitant un faible coût et en utilisant une très basse consommation.

Comparé à un réseau cellulaire de type GSM, pour le même niveau de couverture, la solution Sigfox nécessite environ mille fois moins d’antennes tout en s’appuyant sur des stations de base cent fois moins chères à construire et à gérer, assure Ludovic Le Moan le PDG de l’entreprise. Côté consommation, on parle d’équipements fonctionnant sur pile avec une autonomie de l’ordre d’une vingtaine d’années. 

La technologie UNB pour Ultra Narrow Band est adaptée à des transmissions bidirectionnelles dont le débit varie entre 10 bit/s et 1 kbit/s. La technologie UNB de Sigfox se caractérise par un niveau de sensibilité exceptionnel. Cette technologie a également l’avantage d’être indépendant vis-à-vis des bandes de fréquences. Elle peut exploiter aussi bien les bandes de fréquences ISM, bandes de fréquences sans licence de 169 MHz et 868 MHz en Europe ou 915 MHz aux Etats-Unis. En fonction des opportunités elle pourra également conquérir d’autres fréquences disponibles.

Pour communiquer avec le réseau Sigfox, les objets ou les équipements M2M doivent embarquer un modem UNB. Le matériel et le réseau ont certes un coût mais l’objectif affiché du Français est de réduire le coût total de possession à quelques euros par an. Pour parfaire le tableau, Sigfox espère permettre de connecter les appareils à l’internet, où qu’ils soient, sans avoir besoin de batteries.

sigfox-reseau

Sigfox ne se positionne pas simplement comme un fournisseur de technologie si évoluée soit-elle. L’entreprise compte également proposer ses services sur un autre domaine. L’entreprise de Labège compte bien développer sur son métier d’opérateur pour assurer son avenir. Le protocole SIGFOX est compatible avec la majorité des émetteurs-récepteurs existants, les rendant facilement accessibles aux fabricants de modules et de périphériques.

Afin de permettre une utilisation simplifiée de cette communication, Sigfox propose également une solution Cloud fournissant une interface d’application web pour la gestion de périphériques et la configuration de l’intégration des données. Pour ces mêmes fonctionnalités, ce service offre également une interface basée sur les standards web API à bases de requêtes HTTPS REST, (GET ou POST) a base de JSON. L’IPv6 et le protocole MQTT peuvent également être de la partie.

Enfin, le coût d’un abonnement de SIGFOX dépend de deux paramètres : le volume de messages échangé par les appareils et le nombre d’appareils. Annuellement, les prix varient de 1 à 14€ par appareil.

SigFox-caract

Le réseau se déploie inexorablement. Sigfox déjà déployé en France, en Espagne, au Royaume Uni et aux Pays-Bas.  D’autres pays tels en Europe tels que le Portugal, la Suisse, la Belgique, la Suède, l’Autriche, l’Italie ou l’Allemagne sont en cours de signature.  L’autorisation de la FCC, le système fédéral des télécoms américains ayant été accordée, il peut maintenant s’attaquer aux États-Unis. Ce pays est important car il est pressenti pour accueillir un développement rapide et important des objets connectés. Si l’Amérique du Nord n’est donc pas en reste, il est de même pour l’Asie Océanie (Inde, Chine, Corée du Sud, Japon, Australie, Thaïlande et Indonésie). Quand à l’Afrique, des pourparlers sont en cours dans une vingtaine de pays.

Rien ne semble pouvoir arrêter l’expansion du réseau dédié au M2M et à l’Internet des Objets!

Afin de découvrir des cas d’utilisations de la solution je vous laisse découvrir quelques propositions faites avec humour par Sigfox dans la vidéo ci-dessous:

6 Comments

  1. […] Sigfox est un réseau global très bas débit conçu pour les objets connectés. Ça c'est pour la définition officielle. Autrement dit, cette entreprise toulousaine se propose de véhiculer à faible coût, sur de longues distances, tout en utilisant un minimum d'énergie, les informations de ces composants de l'Internet des Objets. Cette technologie a pour but d'étendre la portée de la connectivité en complétant la 2/3/4G, le WiFi ou encore le Bluetooth. Ce réseau cellulaire est conçu pour les petits messages. Ce secteur de niche a pourtant un terrain de jeu d'une dimension mondiale. Présentation d'une pépite de la French Tech.  […]

    mardi 10 mars 2015
    Reply
  2. Florent said:

    Bonjour,
    Il y a quelque chose qui m’échappe; si le réseau est si limité en bande passante, comment pourrait-il supporter des millions d’objets connectés ?

    mardi 10 mars 2015
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      Bonjour,
      C’est clairement dimensionné pour les messages courts et si possibles peu fréquents. Mais le souci que tu soulignes est bien à gérer par Sigfox;

      mardi 10 mars 2015
      Reply
  3. […] Sigfox est un réseau global très bas débit conçu pour les objets connectés. Ça c’est pour la définition officielle. Autrement dit, cette entreprise toulousaine se propose de véhiculer à faible coût, sur de longues distances, tout en utilisant un minimum d’énergie, les informations de ces composants de l’Internet des Objets. Cette technologie a pour but d’étendre la portée de la connectivité en complétant la 2/3/4G, le WiFi ou encore le Bluetooth. Ce réseau cellulaire est conçu pour les petits messages. Ce secteur de niche a pourtant un terrain de jeu d’une dimension mondiale. Présentation d’une pépite de la French Tech.  […]

    mercredi 11 mars 2015
    Reply
  4. EnR37 enr37 said:

    Article interressant. Si je connaissais sigfox et ses dirigents, cet article a permis de lever certaines questions.
    1/ je vois que le cout va de 1 à 14€. il reste a savoir par qui va être supporté ce coût. Bon allez, j’ai la réponse: le client. Ce qui m’amène a la question suivante: quel interet vais je avoir a connecter ma machine a laver 10€/ an lorsque cela servira essentiellement l’industriel qui 1/ pourra intervenir a distance (donc marger a la place de mon ancien réparateur) et gagner sur les frais de déplacement ? S’il s’agit d’une communication simple, ma domotique sait gérer cela. aujourd’hui, je programme mon lave linge, lave vaisselle pour 0€. Je suis averti de la fin et s’il tombe en panne, le magasin du coin (voir on line) me permet aujourd’hui de me passer de cette fonctionnalité. Bref, 10€ x par le nb d’objet connecté.. :-/

    2/ Sigfox a recruté il y a qq temps Anne Lauvergeon, certainement pour sa connaissance du lobbying national et international. Au vue des casseroles actuelles qu’elle semble trainer chez AREVA, esperons que Le Moan ne le regrette pas. Pas pour l’instant semble t il !

    mercredi 11 mars 2015
    Reply
  5. […] Sigfox est un réseau global très bas débit conçu pour les objets connectés. Ça c'est pour la définition officielle.  […]

    mercredi 11 mars 2015
    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.