Apple rationalise les objets connectés de la domotique et de la santé11 minute(s) de lecture

Il y a quelques jours Microsoft annonçait qu’ils allaient commercialiser (enfin) une solution domotique.  C’est un raccourci marketing car finalement le géant du logiciel  ne propose pas un système fait maison mais facilite principalement la commercialisation de la solution Insteon. Ce lundi c’était Apple qui était attendu par le secteur de la domotique et des objets connectés. L’annonce faite indique qu’Apple va plus loin même si un peu de déception s’est fait sentir. Tout comme Microsoft finalement, Apple ne va pas commercialiser une solution domotique maison, mais va proposer ses services afin d’offrir une solution logicielle pour la maison connectée. Après les supputations pré-annonces classiques, le nom de la solution domotique de Apple est révélé. On parlera désormais de HomeKit.

homekit-hero

Une annonce importante à destination des développeurs

Chez Apple, les conférences développeurs sont des grand messes très écoutées et assidûment suivies. Les fans de la marque attendent les nouveautés avec impatience alors que les adaptes de la concurrence scrutent avec délectation les annonces qui seraient des copies des fonctionnalités existantes dans leur camp.  A l’occasion de la WWDC 2014 les “fan” et les “haters” pourront tout de même tomber d’accord sur le fait que la marque a fait une avancée certaine dans l’ouverture de son écosystème. Apple souhaite jouer le rôle d’agrégateur d’objets connectés mais tout de même avec ses règles du jeu.

iPhone5s-5Up_Features_iOS8

Entre les nouveautés concernant OSX et iOS, 2 annonces ont été particulièrement entendues dans le monde de la maison et des objets connectés : HomeKit et HealthKit. Il s’agit des propositions d’Apple respectivement pour les périphériques de la maison et de la santé.  Apple ne se trompe pas: les 2 secteurs sont en pleine expansion et ne pas y aller serait dommageable.  

Comme de nombreux produits existent et foisonnent Apple souhaite fédérer les innovations. Pour le lancement de la domotique “made by Apple”, sur scène lundi, le message Craig Federigh était clair :

« Il y a de grandes applications et dispositifs sur le marché, mais nous avons pensé que nous pourrions apporter une certaine rationalité à cela »

Pour cela Apple apporte sa solution logicielle et sa certification.  Tout laisse à croire que la certification a été testée notamment par Haier. A l’occasion du CES 2014 en janvier dernier la marque Chinoise avait présenté son climatiseur certifié par Apple. Si vous vous souvenez bien de l’article rédigé à l’époque, c’était le premier appareil électroménager ayant reçu cette certification habituellement concédée à des appareils plutôt typées audio/video.

La domotique vue par Apple

Apple participe déjà, à sa manière, à l’aventure de la domotique et de la santé connectée.  La marque californienne ne vend pas ses propres objets connectés mais propose dans ses Apple Stores des objets connectés compatibles. Cette commercialisation et mise en rayon dans ses propres réseaux de distributions d’objets partenaires est d’ailleurs un parti pris récent adopté par Microsoft pour la domotique avec Insteon. Pour en revenir à Apple, chaque objet de l’Apple Store est pourvu d’une application compagnon iOS.  Elle est dédié à l’objet qui l’accompagne. Ce serait trop beau mais l’application d’un objet précis ne peut pas discuter avec l’objet de l’application voisine. Ce problème d’interopérabilité est l’un de ceux qui sont adressés par la solution HomeKit ou HealthKit.

Avec HomeKit, Apple veut faciliter la naissance et l’utilisation quotidienne de la maison communicante. HomeKit souhaite adresser un problème qui est le mal actuel des objets communicants à savoir: qu’ils ne communiquent pas entre eux.  C’est un comble me direz-vous! Afin d’améliorer l’interopérabilité entre les appareils connectés pour la maison, HomeKit est proposé en tant que brique logicielle permettant de standardiser les échanges d’une part entre l’utilisateur et ses objets connectés et d’autre part entre les objets entre eux.  Apple prévoit que le smartphone serve de télécommande mais également en quelque sorte de box domotique pour les objets connectés de la maison.

WWDC2014-apple-homekit-verou

En ce qui concerne la télécommande. Apple s’appuiera sur iOS 8, la dernière version du système d’exploitation qui a été rendu disponible aux développeur dès hier soir et qui sera disponible pour l’ensemble des utilisateurs par la suite. Les smartphones et les tablettes de la marque pourront en profiter pour piloter tout cet écosystème via l’écran des appareils mobiles. Le propriétaire d’iPhone et d’iPad pourra également s’adresser aux objets en bénéficiant des services de l’assistant virtuel Siri. Travaillant toujours et encore sur l’ergonomie des applications et sur l’expérience utilisateur, Apple ouvre son assistant virtuel vocal Siri aux applications tierces ce qui est une très bonne nouvelle.

HomeKit commence à se dévoiler…

Alors que HealthKit combine les données relatives à notre santé nous permettant ainsi de consulter nos paramètres vitaux que ce soit pour mieux se surveiller ou se connaître, HomeKit quant à lui permet à nos périphériques dans la maison de s’interconnecter de façon transparente afin de mieux gérer notre foyer. HomeKit propose un protocole commun, un appariement sécurisé et la possibilité de contrôler facilement un seul périphérique ou bien un groupe d’appareils domestiques.

Sur le site d’Apple,  les développeurs peuvent désormais se renseigner sur la manière de mettre en oeuvre HomeKit. Ils sont accueillis par une présentation rapide des fonctionnalités du framework:

HomeKit est un nouveau framework pour communiquer et contrôler les appareils connectés dans la maison d’un utilisateur. Les applications peuvent permettre aux utilisateurs de découvrir des périphériques dans leur maison et de les configurer, ou vous pouvez créer des actions pour contrôler ces dispositifs. Les utilisateurs peuvent regrouper des actions et les déclencher en utilisant Siri.

WWDC2014-apple-homekit-logo

Toujours en cours de rédaction, la documentation laisse entrevoir que HomeKit permet aux applications tierces d’effectuer trois fonctions principales:

  1. Découvrir les accessoires et les ajouter à une base de données de configuration de la maison qui est persistante et mise à disposition de plusieurs appareils à la fois.
  2. Afficher, modifier, et agir sur les données de la base de données de configuration de la maison. 
  3. Communiquer avec les accessoires et les services configurés pour les amener à effectuer des actions, comme d’allumer les lumières dans la salle de séjour. 

La base de données de configuration de la maison n’est pas seulement disponible pour des applications tierces, elle est également accessible à Siri.  Le cloud Apple devrait être l’hébergeur de cette base de données.

Dans la modélisation du système domotique Apple voit la maison comme une collection d’accessoires domotiques. La description de cette collection est enregistrée dans la base de données de configuration de la maison. La raison d’être de la base de données de configuration de la maison est de permettre à l’utilisateur de pouvoir apporter ses propres libellés et regroupements d’objets domotiques et de pouvoir les utiliser sur ses différentes appareils Apple.

La hiérarchie de rangement de la collection d’accessoires proposée est la suivante :

  • Homes (maisons) : le niveau le plus haut. Il est associé généralement à une maison. Un utilisateur pourra avoir plusieurs maison lui permettant de gérer son foyer principal mais également sa résidence secondaire…
  • Rooms (pièces): le niveau en dessous de Home. Il est optionnel et représente les pièces de la maison. Les pièces n’ont pas de caractéristiques physiques (surface, lieu,…). Seul leur nom est important et permet à l’utilisateur de dire : “Siri allume les lumières du salon”.
  • Accessories (accessoires): Les accessoires sont installés dans des maisons et sont consignés dans des pièces. Il s’agit de l’objet connecté physique.
  • Services (services): se sont les services apportés par les accessoires. Les Accessoires ont à la fois des services contrôlables par l’utilisateur, comme une lumière, et des services destinés à leur propre usage, comme un service de mise à jour du firmware. HomeKit est plus concerné par les services contrôlables par l’utilisateur. Un accessoire unique peut avoir plus d’un service commandable par l’utilisateur. Par exemple, la plupart des motorisations de portes de garage ont un service pour l’ouverture et la fermeture de la porte, et un autre service pour la lumière qui se situe sur la motorisation de la porte de garage.
  • Zones (zones): ce sont des regroupements de pièces dans la maison. Ils sont optionnels. “Premier étage” et “rez-de-chaussée” peuvent être par exemple des zones.  le fait de regrouper les pièces par zones permet de commander Siri pour lui ordonner : “Siri éteint toutes les lumières du premier étage”.

Cela nous éclaire un peu plus concernant l’architecture des solutions qui pourront arriver.  On découvre à la lecture de la documentation que l’on pourra utiliser des déclencheurs réalisant des actions en fonction de conditions de lancement et également des ordonnancements permettant de créer des calendriers de lancement de commandes. La documentation est en “pre-release” mais permet déjà de se faire une petite idée.

HomeKit offre une intégration transparente entre les objets qui prennent en charge les dispositifs du “Home Automation Protocol” et iOS d’Apple. Cela permet, pour Apple, de nouvelles avancées en matière de domotique. En favorisant un protocole commun pour les appareils domotiques et en rendant disponible une API publique pour la configuration et la communication avec ces dispositifs, HomeKit permet de donner naissance à un marché prometteur. Dans ce marché, l’application qui permet à un utilisateur de contrôler sa maison, ne sera pas obligatoirement créé par le fabricant des périphériques domotiques. Dans ce marché, les accessoires domotiques de plusieurs fournisseurs pourront tous être intégrés dans un ensemble cohérent sans que ces fabricants aient à se coordonner directement les uns avec les autres.   Pour sa domotique Apple prône l’interopérabilité et l’ouverture… sous contrôle de la certification bien entendu.

Apple ne part pas seul dans l’aventure…

HomeKit n’est pas une révolution, c’est une évolution. Plusieurs systèmes proposent de faire interagir des objets connectés entre eux. Ils proposent également ces fonctionnalités de classement et de regroupement d’objets ou de commandes. Techniquement Apple n’invente rien de révolutionnairement innovant. L’entreprise propose un ensemble de briques logicielles pour les développeurs, un framework permettant à iOS de construire des ponts pour gérer l’hétérogénéité des plateformes et applications des objets connectés déjà présent sur la marché. La nouveauté est l’échelle d’impact: proposer sur le vaste nombre des propriétaires d’appareils iOS, un système commun pour commander et faire interagir les objets de la maison. De nombreux fabricants d’objets connectés seront bien évidemment intéressés par cette agrégation dans l’univers Apple. Verrons-nous des box domotiques se rendre compatible et certifiées HomeKit?

Ce service s’accompagne d’une certification à l’instar du MFI ou « Made for iPhone ». Cette certification permet de garantir au consommateur la fiabilité des services et la compatibilité du matériels tiers. Apple a déjà réuni autour de lui une multitude de partenaires réputés. Dans le secteur de la santé HealthKit ou dans celui de la maison connectée c’est le concours des grandes marques suivantes qui ont été annoncées hier: Philips, Haier, Orsam Sylvania, August, TI, Honeywell, iHome, Netatmo, Withings, Skybell, Kwikset… D’aucuns ont remarqué l’absence de Nest récemment racheté par Google.

WWDC2014-apple-homekit-partenaires

Est-ce la fin des box domotiques? Pas forcément. Du moins ce n’est pas pour tout de suite. En effet, tant que les iPhones et les iPads ne parleront pas les protocoles domotiques couramment il faudra toujours placer une box entre iOS et les modules domotiques disséminés dans la maison.  D’autre part si l’on considère que l’iPhone remplace la box domotique et si vous vous absentez de chez vous avec votre smartphone vous emportez avec vous votre box domotique. Elle ne pourra donc plus discuter avec vos périphériques restés branchés sur vos volets ou interrupteurs. A terme, l’idée d’Apple est peut être finalement de sonner le glas de la multitude des protocoles domotiques qui se disputent le marché et qui embrouillent le choix des clients en ne faisant la promotion que d’un seul protocole basé sur l’IP celui qui est utilisé par les ordinateurs, les smartphones et les tablettes. Ça tombe bien c’est le fond de commerce de la marque à la pomme…

Si vous l’avez manqué lundi voici en vidéo la communication concernant HomeKit:

Source des images

4 Comments

  1. […] Il y a quelques jours Microsoft annonçait qu'ils allaient commercialiser (enfin) une solution domotique. C'est un raccourci marketing car finalement le géant du logiciel ne propose pas un système fait maison mais facilite principalement la commercialisation de la solution Insteon. Ce lundi c'était Apple qui était attendu par le secteur de la domotique et des objets connectés. L'annonce faite indique qu'Apple va plus loin même si un peu de déception s'est fait sentir. Tout comme Microsoft finalement, Apple ne va pas commercialiser une solution domotique maison, mais va proposer ses services afin d'offrir une solution logicielle pour la maison connectée. Après les supputations pré-annonces classiques, le nom de la solution domotique de Apple est révélé. On parlera désormais de HomeKit.  […]

    mercredi 4 juin 2014
    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.