Grace Hopper : Qu’est-ce qu’une nanoseconde?4 minute(s) de lecture

Afin de mesurer le temps on utilise couramment le mois, le semaine, le jour, l’heure, la minute, la seconde… En dessous de la seconde la mesure du temps devient souvent une chose très abstraite. La nanoseconde a cependant une grande importance dans l’électronique moderne, en informatique ou en domotique si l’on veut se rapprocher de l’instantané.  Comme j’aime bien comprendre les choses, j’ai essayé de trouver une représentation simple pour appréhender la nanoseconde. Comment peut-on expliquer ou tout simplement se représenter ce qu’est une nanoseconde?  Voici un petit peu de culture générale avec une réponse concrète et en image avec une sommité de l’informatique: Grace Hopper.

 

L’explication de la nanoseconde nous est apportée par Grace Murray Hopper de manière très simple en 1982 lors d’une conférence auprès d’un auditoire de scientifiques de haut niveau aux États-Unis .  Vous pourrez voir cela dans la vidéo un peu plus loin dans l’article. Ce qui est amusant c’est que ces pointures sont tous à l’écoute d’une “petite mamie” de presque 76 ans (elle sera par la suite l’officier en activité la plus âgée de la marine américaine).  Il ne faut pas se fier aux apparences!  Savez-vous qui est le contre amiral Grace Hopper décorée de la Defense Distinguished Service Medal, la plus haute distinction existante pour les non-combattants?

  • Née 9 décembre 1906 à New York,  docteur en mathématiques de l’université de Yale en 1934 ,
  • Elle s’engage en 1943 dans la Marine américaine et est affectée sur le Harvard Mark I.  Le Harvard Mark I n’est autre que le premier ordinateur numérique aux États-Unis. Il est considéré comme étant le premier calculateur universel et elle est alors la première personne à programmer…  le premier ordinateur.
  • A la fin de la Seconde Guerre Mondiale elle quitte le service actif de la Navy mais continue à travailler au développements des ordinateurs Harvard Mark II et Harvard Mark III. 
  • En 1951 elle conçoit le premier compilateur il est destiné à l’ordinateur UNIVAC I.
  • En 1957 elle travaille pour IBM où elle défend l’idée qu’un programme devrait pouvoir être écrit dans un langage proche de l’anglais plutôt que d’être calqué sur le langage machine, comme l’assembleur.  Cette idée lui vaut de rester dans l’histoire comme celle qui a donné naissance au langage COBOL en 1959.
  • Après une vie bien remplie à oeuvrer pour l’informatique dans le privé ou bien à nouveau au sein de la Marine mais également en tant que consultant chez Digital Equipment elle donne des conférences un peu partout jusqu’à la fin de sa vie.  Elle décède le 1er janvier 1992 et est enterrée avec les honneurs militaires au cimetière national d’Arlington en Virginie.

Pour l’anecdote, c’est le 3 septembre 1947 à 15h45 alors qu’elle travaille sur le Harvard Mark II, qu’un programme ne se déroule pas correctement.  Après recherches il s’avère qu’il est perturbé par un mite qui est allé trouver refuge dans la chaleur des relais.  L’insecte (bug en anglais) fut retiré avec soin et placé dans le journal de bord avec la mention “first actual case of bug being found” ou “premier cas avéré de bug ayant été trouvé”.  Le bug informatique et son pendant le débogage sont ainsi nés et rentrent dans la légende.

Pour en revenir à la nanoseconde, la démonstration qu’elle fait est simple et efficace: il s’agit tout simplement du temps qui est nécessaire à la lumière (ou l’électricité dans le vide) pour parcourir 11.8 pouces soit 29.97 cm. Dans la vidéo ci-dessous, elle prend ensuite cette illustration pour expliquer de manière amusée les délai de latences dans les communications par satellites.

Voici la vidée de Grace Hopper expliquant la nanoseconde (en anglais désolé) :

En guise de conclusion je vous laisse avec 3 pensées de cette dame de caractère, pionnière de l’informatique, qui jusqu’au bout de sa vie a regardé vers le futur pour lui donner un présent.

A propos des riques qu’il faut prendre pour avancer:

A ship in port is safe but that is not what ships are for.

Un navire est sauf dans le port, mais ce n’est pas à cela que doivent servire les navires.

A propos des idées que l’on doit mettre en oeuvre:

It’s much easier to appologize than it is to get permission.

Il est bien plus facile de presenter des excuses que d’obtenir une permission.

A propos des relations entre les hommes pour qu’une équipe avance:

You manage things, you lead people.

Vous gérez les choses, vous menez les hommes.

Source : wikipedia

4 Comments

  1. Romain said:

    Article interessant un peu de culture et de rapelle sur l’histoire ne fait pas de mal cependant il aurais ete interessant de resumer l’explication sur la nanoseconde je penses.

    jeudi 5 avril 2012
    Reply
  2. Hervé Hervé said:

    Je l’ai fait un petit peu mais ne voulais pas en dire trop par rapport à la vidéo (pour les anglophones)… 🙂

    cf “Pour en revenir à la nanoseconde,… dans les communications par satellites.”

    jeudi 5 avril 2012
    Reply
  3. Romain said:

    Ah oui autant pour moi effectivement, j’ai lu l’article sur mon smartphone et je n’avais pas vue cette partie (je ne pouvais pas regarder la vidéo du coup d’ou ma remarques :D)

    jeudi 5 avril 2012
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      Pas de soucis 😉

      jeudi 5 avril 2012
      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.