Le télégramme tire sa révérence – STOP4 minute(s) de lecture

Après plus de 139 ans d’activité, le télégramme a cessé toute activité en France. Une page de l’histoire des télécommunications se tourne. C’est une très belle performance pour ce moyen de communication qui a su apporter un service important à la population: envoyer en un temps record des nouvelles à l’autre bout de la ville, du département, du pays, de la planète. Après la fin du minitel (2012), la disparition des télécartes (2013), la suppression des cabines téléphoniques, voici donc que le télégramme a terminé sa mission en France ce 30 avril 2018. Le dernier télégramme a été envoyé lundi à 23 h 59 par Orange.

Le télégramme a bien évolué au fil des ans. Lors de son premier envoi le 24 mai 1844 ce qui circulait sur le fil n’était pas des mots mais des impulsions bien particulières émises à un rythme bien normé: le Morse. Il a été lancé en France en 1879. À l’époque, c’était le moyen le plus rapide d’envoyer un message. Il fallait passer par les P&T (Postes et Télégraphes) puis par les services des PTT ( Postes, Télégraphes et Téléphones) pour dicter le texte qui était transmis et retranscris sur papier avant qu’il ne soit livré en main propre ou dans la boite aux lettres. France Télécom et maintenant Orange avaient ensuite repris le service.

Jusqu’à ce lundi 30 avril, pour expédier un télégramme on devait appeler un numéro gratuit et dicter tout simplement son message à un téléconseiller. Le service assurée par Orange était accessible via le 36 55 et coûtait une quinzaine d’euros pour 50 mots. L’opérateur recopiait le message dicté, assurait son archivage et appelait le destinataire au téléphone pour lui lire le message. Le “télégramme papier” était aussi délivré, le lendemain par la Poste. Internet, l’un des fossoyeurs du feu service était également un autre moyen de transmettre un télégramme. Il suffisait de passer son message via le site Telegramme.com.

Si l’on peut se féliciter que cette technologie ait apporté son aide à la population depuis maintenant 139 ans on imagine que ces dernières années ont du être très difficiles pour le télégramme. Les messages courts à envoyer le plus rapidement possible à son correspondant, est un service assuré avec succès et facilité de nos jours par les fax, les mails, les SMS, les MMS ou les messageries instantanées du type.. Telegram !

Renommage prémonitoire de la station de métro Télégraphe en #Tweet par la RATP (1er Avril 2016)

A vrai dire je ne pensait pas que ce service était encore en vie… jusqu’au moment où j’ai appris cette semaine qu’il disparaissait définitivement. La bonne question concernant le télégramme pourrait être la suivante: mais qui pouvait bien encore utiliser ses services en 2018? Il est en effet étonnant qu’il ait résisté si longtemps! Après quelques recherches la réponse la plus probable à cette interrogation est: tout ceux qui ont besoin de faire parvenir rapidement un message court à quelqu’un tout en souhaitant avoir d’un justificatif. Cette preuve d’envoi pouvait alors servir auprès de services juridiques par exemple.

Les sociétés de location de voitures pouvaient toujours utiliser les télégrammes pour se rappeler au bon souvenir d’un client n’ayant pas rendu le véhicule. Ce document permettait alors de faire jouer l’assurance, si le véhicule était volé. Les sociétés de recouvrement de créance utilisaient elles aussi très facilement ce type de support dans le simple but de tenter d’impressionner le destinataire en retard de remboursement. Ce côté solennel était également la raison qui poussait certaines agences immobilières à utiliser le télégramme pour pour donner un caractère officiel à un compromis de vente.

De leur côté, les particuliers faisaient appel aux télégrammes pour envoyer des messages de félicitations à des connaissances ayant eu une nomination à des postes impliquant de lourdes responsabilités. Un président d’un pays pouvait ainsi féliciter son homologue étranger tout fraîchement élu. Le Télégramme était également un message transportant des félicitations à l’occasion de naissances ou encore des condoléances lors de décès.

Le service était depuis des années en déclin constant. En 2017, 38 000 télégrammes ont été envoyés. Cela représente une baisse de 35% par rapport à 2016. Depuis janvier seuls 6 000 télégrammes ont été envoyés. A titre de comparaison, cela représente une baisse de 67% sur la même période en 2017. Au cours de son dernier mois d’existence, avril 2018, seuls 1 382 télégrammes ont été envoyés, ce qui fait à peu près une quarantaine par jour… Le Télégramme ne verra pas le mois de mai 2018…

Comme le dit le “dernier télégramme” envoyé par Orange afin de saluer le défunt service: « C’est une page de l’histoire des Télécoms qui se tourne au profit de nouvelles technologies – STOP — ».

Le dernier Télégramme “client” est quand à lui parti ce lundi 30 avril 2018 à 21h05. Ironie du sort, il s’agissait d’un «message de condoléances»… RIP

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.