Chauffage : quelle est la bonne température cible de chaque pièce?5 minute(s) de lecture

La Smart Home permet de gérer la température de la maison de manière fine et efficace. Que l’on ait des radiateurs électriques ou bien une chaudière il est très souvent possible de gérer la température des pièces de manière efficace et d’affecter une température différente à chaque pièce. Mais voilà, une fois que vous avez pris la bonne résolution de vous équiper s’un système de régulation de la température pièce par pièce juste avant l’hiver,  vous ne savez pas à quelles températures régler le système? Voici quelques conseils pour tenter de concilier économies d’énergies et confort thermique.

La tendance du confort thermique

Alors qu’une pièce en plein soleil n’a pas besoin d’être chauffée lorsque le soleil donne le maximum de lui-même, il en est bien autrement de l’autre côté de la maison où l’ombre fait sa loi. L’idéal est de pouvoir gérer le confort thermique de manière indépendante dans chaque pièce. Pour les radiateurs électriques on pensera à utiliser le fil pilote et les asservir à une sonde de température. Entre ces deux éléments on pourra faire appel aux bons services de la domotique pour gérer la régulation de la chaleur. Pour les radiateurs à eau on fera appel à des vannes thermostatiques (il en existe en Z-Wave par exemple). Elles ferment le robinet d’arrivée d’eau chaude dès que la température de la pièce est optimale. Quel que soit votre système de chauffage la question finale reste la même: quelle température vais-je pouvoir programmer?

Vannes-thermostatiques

A cette question on répondra par le bon sens:

  • on chauffera plus fortement des pièces telles que les salles de bain ou les douches dans lesquelles on peut être dans notre plus simple appareil contrairement aux chambres qui sont équipées de couettes ou de couvertures
  • on chauffera un peu plus les pièces de vies que les pièces de nuit car le sommeil est plus réparateur si l’on n’est pas trop exposé à la chaleur
  • on chauffera un peu plus la chambre d’un bébé que celle d’un ado car il n’est pas conseillé de laisser un nouveau-né dormir avec des draps. L’enfant en bas âge ne régule pas parfaitement seul sa température corporelle.

Les bonnes températures légales

Tout cela donne des tendances mais pas des chiffres. Il est compliqué de dire “tu ne chaufferas pas ton salon au-dessus de 21 degrés”. La bonne température dépend en effet du ressenti et du mode de vie de chacun. Il est couramment admis que par expérience, la température moyenne idéale des Français, pour ne pas avoir froid chez soi est de 20°C.

Le Code de la construction et de l’habitation  annonce un autre chiffre. D’après lui, la température du salon, de la salle à manger, de la cuisine et éventuellement du bureau doit être de 19°C. En effet, obtenir une température moyenne de 19 °C dans votre logement est une contrainte réglementaire. Elle est inscrite au code de la construction et de l’habitation, dans les articles R. 111-6 et R.113-29.

Température ressentie vs portefeuille

Attention tout de même, il s’agit d’une règle théorique qui ne peut pas s’appliquer partout. En cuisine en train de préparer le repas ou dans le salon en train de regarder un film on ne s’active pas de la même manière. De même, les résidents de logements mal exposés ou humides ne seront pas forcément en phase avec cette température.

Vous pouvez également garder en tête que réduire de 1°C le chauffage c’est faire baisser sa consommation énergétique de 7 % Ce chiffre reste vrai également si l’on augmente la température du chauffage. Ce chiffre est assez spectaculaire. Pensez que si l’hiver prochain vous baissez la température de votre chauffage de 21° à 19° vous ferez 14% d’économies sur votre facture. Ça vaut peut-être le coup de mettre un pull afin de faire des économies non négligeables côté portefeuille et pour la planète.

Winter-ready

Les températures idéales pièces par pièces

On peut bien évidemment commencer la saison avec son nouveau système thermostatique et ajuster la température cible après coup pour l’adapter au confort recherché. Mais enfin, quelle température peut-on utiliser pièce par pièce pour concilier économies d’énergies et confort? Je vous propose celles-ci pour commencer:

  • Salle de bain :  22°C en cas d’utilisation et sinon 17°C 
  • Chambres : L’ADEME conseille 16°C pour un beau dodo réparateur sous une bonne couette. Personnellement  je dirais plutôt 17°C.
  • Chambres de bébé : entre 18°C et 20°C car les bébés ne savent pas encore réguler correctement la température de leur corps. Pensez également à utiliser ces températures dans le cas ou votre enfant à tendance à se découvrir pendant la nuit.
  • Cuisine : 19°C
  • Salon / Salle à manger : 19°C

Engie nous propose la récap des températures dans l’image suivante:

engie_temperatures_chauffage

Température de jour / de nuit / d’absence…

Autre point important : il n’est pas nécessaire de chauffer de la même manière le jour et la nuit. Vous pourrez ainsi faire des économies du côté des pièces de vies en baissant la température lorsque vous êtes sous votre couette. Pendant la nuit vous pourrez y baisser la température à 16°C. Vous pourrez également utiliser ces 16 degrés pour chauffer votre logement lorsque vous vous absentez. Évitez de programmer un écart de température étant présent / absent de plus de 3°C, vous consommerez alors plus à tenter de revenir à la température cible que vous n’aurez fait d’économies.  En cas d’absence prolongée, inutile de chauffer au-delà de 12°C.

Ces conditions de réglage de la température ne sont valables que si vous avez la possibilité de ré augmenter la température avant votre retour. Il faut également que votre logement ne mette pas 3 jours non plus à revenir à une température confortable.  Si c’est le cas pensez plutôt d’abord à l’isolation de votre logement.  Pour que les réglages du confort et par la suite la régulation du chauffage ne soit pas un casse-tête faites confiance à la Smart Home! La température pourra être gérée automatiquement en fonction de VOTRE mode de vie et de VOTRE logement. Votre portefeuille vous remerciera.

15 Comments

  1. Abanon said:

    Des conseils de bon sens et puis PAF, un énorme contresens :
    “Évitez de programmer un écart de température étant présent / absent de plus de 3°C, vous consommerez alors plus à tenter de revenir à la température cible que vous n’aurez fait d’économies.”

    Ce qui est FAUX, on ne consomme JAMAIS plus en pratiquant l’intermittence du chauffage. C’est d’ailleurs tout le contraire, pus l’écart est important, plus on est gagnant. Il faut juste savoir gérer l’heure de relance des chauffages en fonction de l’écart de température actuel/souhaité.

    Complément d’infos :
    http://www.energieplus-lesite.be/index.php?id=10984

    lundi 12 septembre 2016
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      Bonjour Abanon,

      Je ne vois par forcément de contre sens. Il est important de chauffer différemment si l’on est présent ou si l’on est absent. Sur ce point d’intermittence du chauffage nous nous rejoignons.
      En revanche, je ne suis pas partisan de tout couper lorsque je m’absente et ne le conseille don pas. Si l’absence est de “courte” durée (moins de une semaine par exemple) l’énergie qui sera consommée (chaudière à fond) pour remonter la température des pièces ET des murs ET du sol ET du plafond sera supérieure à celle consommée en maintenant une température normale basse à 2 à 3° de moins que la normale habituelle. Cela dépend de l’isolation du logement bien évidemment et de son inertie.

      lundi 12 septembre 2016
      Reply
      • Abanon said:

        Décidément…
        et bien libre à vous de désinformer le lectorat de votre blog.

        Je vous laisse encore un document de l’IBGE qui dit :
        “Les mythes concernant l’intermittence du chauffage sont tenaces. Certains professionnels du chauffage déclarent encore que l’intermittence du chauffage ne sert à rien : ce qui est gagné durant le ralenti sera perdu pour remonter le bâtiment en température. Ceci est tout-à-fait faux. L’intermittence conduit toujours à des économies, plus ou moins importante en fonction de l’inertie du bâtiment, de son niveau d’isolation et de la durée de l’inoccupation. ”

        http://app.bruxellesenvironnement.be/guide_batiment_durable/docs/ENE15_FR.pdf

        Bref j’arrête de perdre mon temps. Votre obstination et votre non capité à vous remettre en question est des plus triste. Continuez à propager votre mythe, en tous cas j’arrête de suivre votre blog.

        lundi 12 septembre 2016
        Reply
  2. Alphonse said:

    @Abanon, je dirai oui et non.
    J’ai domotisé mon système de chauffage fioul avec dans une longère en briques non isolée au RDC. J’ai pendant plus de 5ans (depuis que j’étais rentré dans la maison) géré la baisse de température la nuit et heures de travail en semaine (10h d’absence). Grâce à ma eedomus je relève le temps de fonctionnement de mon bruleur fioul (consommation fixe), je peux affirmer que je consomme moins à chauffer en permanence à 19° que de baisser la température de 1,2 ou 3 ° lors des absences. Dès qu’il fait froid (<5°C) ma maison passe de 19°C à 17°C en moins de 2h, après elle fonctionne pour maintenir les 17°C (temps de fonctionnement bruleur quasi identique qu'à 19°C).
    Viens le temps de la relance pour revenir à 19°C, longues phases de chauffe, pratiquement en continu pendant plus d'une heure voir plus suivant la température extérieure. Cette heure de fonctionnement dépasse le peu que j'ai économisé pendant la période d'absence. Sans parler de l'inconfort des murs froids avec le radiateur qui qui te crame le visage quand tu passe à côté, puis température qui se stabilise et sensation de froid car on est plus en phase de chauffe.
    Je m'en suis rendu compte à l'époque en constatant que je consommais moins le week-end à température constante sauf la nuit, que en semaine avec la phase d'absence.
    J'ai joué sur tous les critères, température d'eau chaude pour une montée en température plus lente (mais 2h pour atteindre la consigne) ou plus rapide (45min pour atteindre la consigne mais radiateur intouchables tellement ils sont brulants).
    Et plus le delta temp confort/absence était important et pire c'était. Donc descendre à 12°C en phase d'absence est impensable, çà m'est arrivé 3 fois lorsque ma chaudière était en panne et que l'on ne trouvait pas la cause, il faut plus de 3h pour remonter à 19°C.
    Bon j'arrête là ça fait déjà un gros pavé.

    Cordialement.

    lundi 12 septembre 2016
    Reply
  3. Abanon said:

    @Alphonse
    Votre cas illustre toujours la problématique du “bah chez moi c’est différent” alors que pour ce cas précis, c’est une simple question de physique.
    Pour que l’économie soit réelle par l’intermittence du chauffage, il est nécessaire d’ajuster au mieux l’heure de relance, pour qu’en fin de relance, on puisse s’approcher progressivement de la température de consigne sans JAMAIS ne la dépasser.

    Quand vous écrivez :
    “Sans parler de l’inconfort des murs froids avec le radiateur qui qui te crame le visage quand tu passe à côté, puis température qui se stabilise et sensation de froid car on est plus en phase de chauffe.”
    c’est justement le rôle de la période de relance ! qui doit être réalisé SANS PERSONNE dans la pièce !
    De plus, dans le temps de relance doit être compris une période de stabilisation afin de rendre homogène la température de la pièce. Donc pas de radiateur qui fonctionne au max et pas d’effet mur froid.

    Donc encore une fois, une expérience personnelle mal réalisé ne permet d’affirmer que des choses erronées !

    lundi 12 septembre 2016
    Reply
    • Alphonse said:

      @Abanon j’expliquais simplement le ressenti, bien sûr que je ralumait avant de rentrer, cela de toute façon ne change rien à la conso.’Mes mesures sont concrètes, pas des calculs où hypothèses scientifiques. Chaque cas et différent donc dire aussi que baisser la température fait faire absolument des économies c’est tromper les gens aussi. Çà dépend de l’inertie de chaque maison, l’inertie de chaque chauffage…

      J’en reviens à mon cas personnel, comment ma maison peut offrir du confort à 19 degrés sachant qu’elle serait chauffée à 16 ou 17 degrés 18h par jour (8h de nuit 10h au travail)? C’est pour cela qu’après 2h de chauffe le matin (6h-8h) à 19 degrés la température rechute en moins de 2h, murs a 17 degrés extérieur plus froid et vmc qui fait rentrer l’air froid il n’y a pas de miracle.

      Alors certe une maison chauffé à 19 tout le temps, tu coupes le chauffage 5 ou 6h ben çà descend très peu et remonte très vite, mais quand les phases d’absences sont 3x plus grandes que les’phases de présence ben çà ne va plus. Dans un logement récent aucun soucis, mon étage étant entièrement refait et très bien isolé je coupe tout et çà remonte très vite après avoir perdu très peu.

      Une maison à forte inertie ne peu pas jouer au yoyo.

      lundi 12 septembre 2016
      Reply
  4. Techologis said:

    @Abanon, je suis plutôt d’accord avec vous sur le fond mais pas du tout sur la forme, ce n’est pas une manière d’échanger! Vous pouvez avancer vos arguments avec un peu plus de courtoisie! Vous êtes sur un blog de quelqu’un qui prend du temps pour faire des articles de qualité. Nous avons le droit de ne pas être d’accord mais sans agressivité.

    lundi 12 septembre 2016
    Reply
    • Abanon said:

      @Techologis
      Vous avez raison et je m’en excuse.
      La faute sans doute à accumulation de rencontre physique et virtuel de gens butés, bien encrés dans leur certitude qui ne se remettre jamais en cause même si on leur oppose des arguments…

      lundi 12 septembre 2016
      Reply
  5. cyberdam said:

    Bnojour

    Je rajouterais aussi un critre que personne n’a cité, les conditions climatique extérieurs…
    Selon la température de dehors et même le vent vont impacté le temps de la remise en chauffe à la bonne température.

    Je dirais pour mettre tout le monde d’accord :), le mieux et de faire le test chez soit.
    ++

    lundi 12 septembre 2016
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      Bonsoir,
      D’accord avec toi La température extérieure est en effet importante à prendre en compte si l’on veut ne pas rentrer dans une maison froide lorsque l’hiver est bien installé.

      lundi 12 septembre 2016
      Reply
  6. EnR37 enr37 said:

    Dire que l’on dit que les Français passent pour des donneurs de leçons aux yeux des Belges…Dont acte ! Mais je ne suis pas sûr que le meilleur moyen d’argumenter soit de traiter les autres d’imbéciles. Ca aurait même tendance a rendre le message inaudible/illisible.

    Il y a un tas de paramètres qui rentrent en jeu, non cités comme la couleur des murs qui renvoient la chaleur, la couleur qui donne aussi des sentiments de chaleur, couper la VMC, ce dont les assureurs et le BTP ne veut pas entendre parler, là aussi par habitude ou réponse con : “ca consomme pas une VMC !” Non, ca envoie juste l’air chaud au dehors ! le sexe des occupants lorsque l’on sait que scientifiquement les femmes ont plus froid que les hommes et que 19 n’est pas tenable pour pas mal d’entre elles.
    Bref, un peu compliqué de faire un article de blog sur un sujet aussi vaste et complexe mais qui a le mérite de poser le débat, complexe et passionnant, courtois si possible. Mais c’est un peu décourageant de se faire pourrir lorsqu’un avis inverse invective à tout va en citant une source qui n’en est pas une non plus. Ca reste un avis de l’ademe locale et en ce sens pas plus éclairée et éclarante que les 3° reprochés. Et pour cause, chaque batiment est différent mais si ca va être plus simple avec les BBC ou positifs. Donc jusque là personne ne peut prouver scientifique les 2 avis.
    Comme dit plus haut, c’est a chq foyer/batiment de faire son analyse et c’est a cela que servent les BE thermiques. A analyser chq batiments. Sinon, une règle/loi édicterait la marche a suivre.

    mercredi 14 septembre 2016
    Reply
    • Alphonse said:

      Bonne conclusion, rien à ajouter pour ma part.

      jeudi 15 septembre 2016
      Reply
  7. […] La Smart Home permet de gérer la température de la maison de manière fine et efficace. Que l’on ait des radiateurs électriques ou bien une chaudière il est très souvent possible de gérer la température des pièces de manière efficace et d’affecter une température différente à chaque pièce.  […]

    mardi 20 septembre 2016
    Reply
  8. Kitor said:

    Bonjour à tous,
    Merci pour cet article très complet, pour ma part j’ai opté pour une programmation des chauffages avec la programmation de la BOX EEdomus et j’ai été agréablement surpris par les calcul de la box concernant la temporisation d’allumage des chauffage en fonction de la température de la pièce, de celle du dehors et de celle choisie (mode confort).
    Au niveau des chauffage, j’ai pris des infrarouges et j’en suis super content tant au niveau du look que du rendement.
    Règle sympa à faire mettre (dans la pièce de vie) le mode Eco si pas de mouvement depuis 30 minutes (cela marche très bien).
    J’ai mis en place ce système l’hiver dernier donc je n’ai pas assez de recul mais je compte maintenant faire une règle qui met le chauffage en confort (température de présence) plus tôt (ce mode se met automatiquement quelques heures avant mon retour) en fonction de la température extérieure (il met beaucoup plus de temps s’il fait froid dehors).

    mercredi 28 septembre 2016
    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.