#CES2017 : les start-up de la French Tech sont prêtes… enfin presque…

Dans 3 semaines, le CES 2017 ouvrira ses portes à Las Vegas. Ce rendez-vous mondial de l’innovation dans le domaine de l’électronique grand public en profitera pour fêter en plus ses 50 ans à l’occasion de cette édition. Du côté des participants il n’y a pas de temps à perdre. Les entreprises de toutes tailles sont en train de régler les derniers détails voire de se torturer les méninges afin de trouver des solutions aux problèmes de dernières minutes. Les start-up de la French Tech n’échappent pas à cette règle.

Pour les représentants de la French Tech, le CES est un moment important. Il permet de faire connaitre l’innovation des pépites hexagonales aux US et plus largement dans le monde entier. La couverture médiatique portée sur ce salon est un véritable tremplin pour qui sait attirer les regards et capter l’attention des journalistes du monde entier qui feront le déplacement dans cette ville du désert du Nevada. Le CES est également une opportunité immense pour convaincre des distributeurs et des investisseurs du monde entier. Mais pour y arriver il faut savoir préparer le salon.

Tout comme l’année dernière, le petit monde des start-up françaises exposantes au CES a été réuni à Paris avant les fêtes de fin d’année et avant le départ. La soirée qui s’est déroulé le 14 décembre dernier a été l’occasion de prendre la température de la préparation des start-up vis à vis de ce rendez-vous. Les organisateurs ont rappelé à cette occasion que le label French Tech avait, depuis sa création, permis de rassembler les forces des start-up en rappelant que “collectivement on est plus visible“.

Pour soutenir les entrepreneurs, le ministre de l’Economie et des Finances Michel Sapin et la Secrétaire d’État chargée du Numérique et de l’Innovation Axelle Lemaire feront le déplacement à Las Vegas en janvier prochain. Lors de la soirée pré CES Axelle Lemaire s’est fait attendre pour finalement se faire excuser. L’absence cette année des membres du gouvernement a été noté et leur soutien devra être assuré le jour J. Fred Potter, créateur de Netatmo a rappelé de son côté lors de la soirée French Tech que les acteurs tech, portent “une responsabilité collective. Le numérique c’est 4% du PIB mais ne véhicule que du positif”.

L’impression laissée par cette soirée est qu’il existe une petite différence entre les start-up qui feront leur première entrée sur le salon est les plus anciennes. Si les “anciens” prônent la préparation, l’organisation et la définition stricte d’objectifs à atteindre tout en prévoyant un spectacle de qualité, les petits nouveaux ne semblent pas vouloir se “stresser” par ces recommandations. Les “anciens” saluent le fait que pour une start-up, partir au CES aujourd’hui n’est plus synonyme de partir à l’aventure. Elles peuvent s’appuyer sur des retours d’expérience ou encore profiter de l’appui provenant de grands groupes.  Cette appréciation de la situation n’est pas mienne elle émane de plusieurs seniors de cet écosystème. De mon côté j’ai pu constater que tous mettront à profit les dernières semaines pour assurer leur présence dans les meilleures conditions possibles.

Parmi les grandes annonces de la soirée on notera qu’aux derniers décomptes, la France représentera la 3ème présence mondiale au CES 2017. Du haut de ses 266 entreprises exposantes, elle se place juste après les Etats-Unis avec 1591 entreprises et la Chine qui la suit de près avec 1295 entreprises. On pourra noter l’écart entre la représentation des 2 premières nations et de la 3ème!

Parmi ces 266 exposants français, la grande majorité sont des start-up. On en décompte tout de même 222! De plus, parmi elles, 172 exposeront dans l’Eureka Park, cet espace dédié spécifiquement aux start-up. Avec ces 172 représentants, la France se place en tant que première délégation mondiale de l’Eureka Park.

La délégation française y représentera 36% des start-up exposantes. A L’Eureka Park, on décompte 480 startups réparties de la manière suivante: 172 startups françaises, 150 pour les Etats-Unis  et le reste se répartit entre Israël, la Corée du Sud, la Chine,…

C’est une belle progression pour la délégation française qui a vu sa représentation évoluer de la manière suivante:

  • 66 en 2015
  • 128 en 2016
  • 172 en 2017

Les plus curieux d’entre vous pourront consulter la liste des start-up de la présence française au CES 2017 en la téléchargeant directement sur le site de la French Tech. A ce propos, si vous n’apparaissaient pas sur cette liste, n’hésitez pas à vous faire connaitre en vous faisant recenser en rejoignant ainsi l’ensemble des entreprises françaises présentes au CES,. Cela vaut pour toutes les entreprises: exposantes ou visiteurs, grand groupe ou start-up, venues en délégation ou par leurs propres moyens, exposantes dans ou hors de l’Eureka Park.

On note aujourd’hui qu’une certaine maturité est présente dans l’organisation du Label French Tech. Elle ne doit pas cacher un excès de confiance. De même, le soutien de la classe politique aux start-up est nécessaire pour lui apporter cette crédibilité provenant des instances officielles dont elle a aussi besoin. Il serait dommage que des enjeux d’échéances 2017 viennent ternir cet engagement…  L’édition 2017 du CES s’annonce fort intéressante pour la délégation française. J’ai hâte d’y être!

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.