Le détecteur pour plantes Koubachi s’arrêtera… en 20183 minute(s) de lecture

Et un objet connecté historique de plus qui tire sa révérence, un! Parmi les acteurs de l’IoT, le capteur pour plantes Koubachi était de ceux que l’on pouvait cataloguer de pionnier. Capable de prendre soin de vos plantes d’intérieur comme de vos plantes d’extérieur, il surveillait pour vous leur température, leur ensoleillement, leur besoins en eau et en engrais. Il se calait sur une bibliothèque des plantes recensées pour pouvoir vous apporter des informations les concernant spécifiquement.  Koubachi s’éteindra dans 2 ans et demi.

Koubachi_Sensor_Bild3

Koubachi a fait son apparition mi 2012. Cette solution de capteur pour plantes relié au Cloud était prisée des installations domotiques car elle proposait des API pour faciliter son intégration dans des systèmes existants. Elle était pointée du doigt également car demandait un réseau Wi-Fi pas trop sécurisé pour pouvoir se connecter au Cloud et de là à votre Smartphone. Au niveau des fonctionnalité les relevés quotidiens étaient relativement suffisants pour en faire un fidèle compagnon des plantes vertes tant en intérieur qu’en extérieur. Par la suite Koubachi a proposé un capteur PRO permettant des relevés plus fréquents ainsi qu’un système d’irrigation autonome.

koubachi-smart-watering-system

La startup a ensuite intéressé des grands groupes tels que le Groupe Husqvarna qui a racheté l’entreprise et la technologie l’année dernière. Au sein du groupe, la startup a rejoint les rangs de la marque Gardena. Depuis la solution Gardena Smart System fait doublon avec la gamme de produits Koubachi. L’inéluctable loi du marché fait que le nouvel acquéreur souhaite aujourd’hui mettre un terme à l’aventure Koubachi et aux produits de cette entreprise.

Koubachi_Wi-Fi_Plant_Sensor_in_Pot

En stoppant la marque Koubachi, les produits sont également arrêtés. Les services proposés par cet objet connecté subissent également le contre coup de cette décision. Alors que pour des objets classiques, un arrêt signifie que les pièces détachées et le SAV disparaissent, dans le monde des objets connectés cela signifie que les capteurs Koubachi peuvent également aller à la poubelle. Les serveur nécessaire et indispensable à la remontée d’informations et à leur diffusions sont en sursis et cesseront complètement de répondre fin 2018 comme l’annonce le site web de Koubachi.

koubachi-library

La nouvelle n’est pas fraîche mais le peu d’informations diffusées auprès des clients par Koubachi ou par son repreneur le Groupe Husqvarna fait qu’elle est certainement passée inaperçue auprès de bon nombre de personnes qui apprécieront moyennement de ne plus pouvoir utiliser ce capteur pour la surveillance de leurs plantes. Rien de catastrophique en pratique, sauf peut être pour l’image donnée par cet abandon de service. La mort des objets connectés dépendants du Cloud est un sujet sur lequel les industriels doivent travailler comme on l’a vu notamment avec le cas de Google / Nest et Revolv. S’ils ne veulent pas effrayer les potentiels clients et dégoutter les anciens, le moins pire pour les propriétaires de ces objets serait tout de même au moins que la solution devienne Open Source avant de mourir.

5 Comments

  1. Orangina_L said:

    Inadmissible !
    je ne suis pas propriétaire de cet objet cependant cette stratégie est suicidaire.
    J’avais une bonne image d’Husqvarna. Si c’est confirmé et qu’il n’y a pas même de solution open source proposée, cette bonne opinion n’existera plus, car cela revient franchement à prendre ses clients pour des cons. Surtout en cette période où l’on met l’accent sur le développement durable et où l’on dénonce l’obsolescence programmée.

    Cela rappel à tout le monde le “danger” de ces objets connectés, la pérennité est loin d’être assurée.

    mercredi 11 mai 2016
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      Oui on peut considérer l’abandon de la solution par le fabricant comme étant un cas d’obsolescence programmée. Mais bon on ne va pas croire qu’il le “programme” ou le calcule à l’avance non plus comme ça pourrait être le cas pour la durée de vie de pièces mécaniques ou électroniques. Ce danger est réel avec les objets connectés. S’ils sont dépendants d’un cloud c’est clairement du ON/OFF surtout s’il n’y a pas d’alternatives…
      Ce point avec la sécurité (des données, du hardware, du réseau,…) fait partie des sujets que le secteur doit mettre sur la table pour avancer sereinement.

      mercredi 11 mai 2016
      Reply
  2. Hotfirenet said:

    Il ne reste plus qu’a hacker le koubachi et faire une api comme pour le karotz ..

    mercredi 11 mai 2016
    Reply
    • cyberdam said:

      ca ne doit pas etre tres compliqué 🙂 ils utilisent des composants tres standard

      mercredi 11 mai 2016
      Reply
  3. tikismoke said:

    Yep encore faut-il réussir à convaincre le nouveau patron.

    On l’a vécue pour le nabaztag, revécu avec karotz, re-revecu avec revolv, etc etc.
    Et l’avenir des trucs dans le cloud propriétaire pose clairement des problèmes. Comment convaincre la libération des codes???

    mercredi 11 mai 2016
    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.