Les facteurs de l’engagement du Groupe La Poste dans l’IoT9 minute(s) de lecture

La Poste est en train de faire un pari osé pour certains, naturel pour d’autres. Le pari est celui de l’IoT ou l’Internet of Things alias l’Internet des Objets. Ce pari, elle l’a médiatisé l’année dernière au CES 2015 de Las Vegas en dévoilant son offre de Hub Numérique. Faire son “coming out” médiatique pour ce pari dans la capitale des Casino ce n’est pas banal. Et bien le Groupe La Poste a remis cela à l’occasion du CES Unveiled Paris 2015 le mois dernier. La Poste a mis les grands moyens pour tenter de convaincre l’auditoire qu’ils n’étaient pas si timbrés que cela et que se lancer dans une telle mutation de service était finalement poursuivre la promotion des valeurs de La Poste. Voyons ensemble pourquoi La Poste brigue le rôle de chef de file du secteur de l’IoT français.

logo-la-poste

Qui est La Poste?

Mais que vient faire La Poste dans le secteur high tech de l’IoT? Est-ce un errement d’un groupe qui tente de se réinventer ou bien une continuité d’un service séculaire? Pour bien démarrer il est important de comprendre qui est celui que l’on appelle aujourd’hui le Groupe La Poste.

laposte

Quand on parle de La Poste on pense tout de suite au courrier ou aux colis. C’est un très bon point de départ car il s’agit de leur métier historique. Les plus anciens se souviendront du trigramme PTT qui regroupait sous ces 3 lettres, 3 activités distinctes avec les mêmes devoirs de service universel: les Postes, Télégraphes et Téléphones.

Concernant La Poste le résumé d’activité disponible sur Wikipedia n’est pas mauvais. On peut lire:

La Poste est une entreprise française multimétiers, à la fois opérateur de services postaux (courrier, colis et express), banque, assurance, opérateur de téléphonie mobile, fournisseur de services numériques et de solutions commerce et e-commerce (marketing, logistique). La Poste et toutes ses filiales regroupées forment Le Groupe La Poste.

Avant l’ouverture à la concurrence du secteur postal dans les années 2000, La Poste a le monopole de l’acheminement et de la distribution du courrier en France, ce qui en fait l’opérateur courrier historique. Elle est par ailleurs le premier opérateur de courrier européen.

Avec ses filiales, elle est le deuxième opérateur (en chiffre d’affaires) du colis-express en Europe et est une importante banque de détail française, La Banque Postale comptant 10,7 millions de clients en 2014.

a-poste_facade

Aujourd’hui il s’agit d’un groupe de 260 000 salariés dont 92 000 facteurs. Le groupe se caractérise également par une histoire. Il y a eu tout un chemin de parcouru par La Poste à travers les siècles (oui oui les siècles). Lors du CES Unveiled 2015 son PDG, Philippe Wahl, rappelait encore avec fierté que le groupe est issu des relais de poste créés par Louis XI en 1477 pour le transport des messages royaux et surtout des offices de messagers royaux créés en 1576. Ils étaient eux autorisés à transporter le courrier des particuliers.

Le service: un devoir ancré dans les gènes des postiers

La Poste se doit de respecter à tout instant son rôle de prestataire de service public. Celui-ci lui impose 4 missions de service public qui lui ont été confiées et qui “contribuent au maintien et à l’amélioration des liens sociaux caractéristiques de la société française“.. Ces 4 missions sont:

  • le service universel postal,
  • la contribution à l’aménagement du territoire,
  • le transport et distribution de la presse
  • l’accessibilité bancaire

laposte

Ces missions ne sont pas théoriques. Elles sont dictées par la loi du 2 juillet 1990. Les conditions et le cadre d’exercice de ces missions sont définies dans un contrat qui lie La Poste avec l’État depuis 2001.

Sur différents secteurs, la Poste revendique son statut d’opérateur neutre et universel. Dans la filière lettres et colis elle s’efforce d’assurer la distribution de plis dans les meilleurs délais en toute neutralité que l’on soit en grande ville ou bien dans un hameau reculé au milieu de nulle part.

Un acteur de terrain à l’assaut du numérique

On est en droit d’être surpris par les déclarations récentes de la Poste. Ses déclarations d’amour pour le secteur de l’Internet des Objets peuvent paraître déplacées tant la distance entre une lettre manuscrite et un serveur dans le Cloud peut être gigantesque. La Poste souhaite véritablement être ce liant permettant de tisser un lien entre l’humain et le numérique.

On peut ressortir toute la théorie du service public telle que présentée un peu plus tôt. On peut miser sur les liens de proximité que le postier a su tisser avec les personnes qu’il sert au quotidien qui représente un contact physique entre La Poste et 3,5 millions de personnes par jour. On peut tenter d’expliquer cet engouement par le fait que le groupe conçoit son rôle d’opérateur universel des échanges numériques comme étant une continuité naturelle des échanges physiques. La Poste jouit d’une expertise dans l’apport d’un service neutre et universel qu’elle veut mettre à profit du secteur du numérique. L’Internet des Objets est la prochaine cible du Groupe La Poste qui sait que son capital confiance et son statut de garant de la pérennité sont des atouts majeurs pour réussir dans ce secteur.

smartphone-la-poste

Cela ne se fait pas sans une certaine remise en cause profonde et structurelle. Muriel Barnéoud qui préside Docapost dont l’une des activités est d’accompagner le Groupe La Poste dans sa transition déclarait récemment:

Au départ, nous avons vu le numérique, un peu comme le grand Satan. Aujourd’hui nous avons largement dépassé l’étape de s’en méfier. Nous sommes passés du risque à l’opportunité, pour faire du numérique un véritable outil de renouvellement de nos business.

La transition numérique de La Poste est en marche. La gestion du changement fait parti des défis qu’a du relever le groupe La Poste à plusieurs reprises dans son histoire. Mais cette fois-ci le danger est tout autre. Il ne faut plus aujourd’hui évoluer face à la transformation du moyen de transport du courrier ou des colis. Il faut faire face aujourd’hui à la disparition inévitable du courrier lui même.

LaPoste-hub-smart-cities

A l’occasion de son discours inaugural lors du CES Unveiled Paris 2015, le PDG de La Poste, Philippe Wahl, déclarait un brin provocateur mais certainement avec beaucoup de recul concernant l’avenir de cette activité:

Dans 15 ans il n’y aura plus de lettres.

C’est de la disparition du message lui même que tente de se prémunir le Groupe La Poste. En faisant cela il souhaite oeuvre à sa propre survie et à la conservation de bon nombre d’emplois. En associant son savoir faire dans le monde réel aux échanges et à la mise en relation d’objets de l’IoT, La Poste souhaite faire mûrir l’Internet des Objets en lui permettant d’aller vers l’Internet des Services.

La bataille ne peut être remportée seul

Pour atteindre son objectif de transformation numérique La Poste oeuvre en interne et en externe. Au sein de ses propres équipes, la transformation a déjà bien débuté. Tous les facteurs et factrices seront équipés dès fin 2015 de Smartphones. Pour certains facteurs c’est leur tout premier Smartphone. Cet équipement numérique et connecté permettra d’apporter des services de plus en plus pointus aux particuliers et aux entreprises dans la directe lignée de sa prestation de service public. Le Groupe est fier d’annoncer que cette armada de smartphones sur le terrain est la première flotte de smartphones en Europe.

Suite à cette première étape de transformation numérique, La Poste pourra proposer de tous nouveaux services:

  • un coffre fort numérique
  • le paiement sécurisé à reconnaissance vocale de l’utilisateur
  • l’envoi de colis depuis chez soi: en déposant dans sa propre boite aux lettres son coli il sera relevé par le facteur
  • la livraison le soir
  • le Hub numérique qui offrira un service d’agrégation de services provenant d’objets de l’IoT ainsi qu’un lieu de stockage de ses propres données.
  • en tant que fournisseur d’identité numérique du web grâce à l’offre d’identifiant “LOGGIN”

Le groupe mise sur la simplicité et la proximité pour convaincre les particuliers comme les professionnels qu’il peut également jouer le rôle d’opérateur neutre et universel dans les échanges numériques.

french-iot

L’offre de service ne pourra pas se faire seul. Le Groupe La Poste en est bien conscient. Elle tisse depuis quelques temps des partenariats avec de grands groupes tels que Legrand pour la maison connectée,  les assurances Malakof Médéric, la branche immobilier de BNP et les opticiens Atol. Ces 4 partenaires officiels à ce jour devraient rapidement être rejoints par des camarades de jeu numériques très prochainement.

La Poste ne souhaite pas non plus passer à côté de pépites du numérique. Elle a repéré depuis quelques mois des startup prometteuses. Elle en a sélectionné 100 dans un premier temps , dans les domaines de l’habitat, la e-santé, le bien-être, la silver economy et l’énergie. Il s’agit de son programme French IOT : une démarche qu’elle compte mener dans la durée.. La Liste à ensuite été réduite à 33 jeunes pousses qui ont intégrées un programme d’accélération de business, avec un accompagnement adapté.  15 d’entre elles sélectionnées pour être assez mures dans leur développement pour être mises sous les feux de la rampe feront leur débuts médiatiques sous l’œil protecteur de La Poste en janvier prochain lors du déplacement du groupe postal au CES 2016 à Las Vegas.

Conclusion

La Poste a pris le tournant du numérique pour tenter de conserver et de réutiliser ses acquis en termes d’infrastructure et de services. Elle reprend ce qu’elle sait faire dans le monde réel afin de le proposer dans le secteur du numérique.  Le Groupe se renouvelle face à la disparition de faite de son métier de base. Elle se réinvente tout en souhaitant conserver son devoir d’opérateur universel des échanges. Comme l’annonce Muriel Barnéoud, la “vieille économie, celle des industriels et du service, a une carte à jouer en renouvelant son business model, grâce à la technologie et aux objets connectés” .  Le CES 2016 sera l’occasion pour La Poste de se faire connaître mondialement comme un tel acteur. La survie dans le monde du numérique n’est possible que si l’on joue groupé sur un échiquier de taille mondial ne l’oublions pas.

6 Comments

  1. Julien said:

    Bel article

    mercredi 4 novembre 2015
    Reply
    • Julien said:

      Signé… Un postier 😉

      mercredi 4 novembre 2015
      Reply
      • Hervé Hervé said:

        Merci Julien pour ton message. C’est sympa

        mercredi 4 novembre 2015
        Reply
  2. lecameleon99 said:

    Les facteurs de l’engagement.;. Ils ne sont pas si timbrés… lol

    mercredi 4 novembre 2015
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      J’avoue que c’était intentionnel… 🙂

      mercredi 4 novembre 2015
      Reply
  3. […] La Poste est en train de faire un pari osé pour certains, naturel pour d’autres. Le pari est celui de l’IoT ou l’Internet of Things alias l’Internet des Objets. Ce pari, elle l’a médiatisé l’année dernière au CES 2015 de Las Vegas en dévoilant son offre de Hub Numérique.  […]

    jeudi 5 novembre 2015
    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.