Un weekend avec Google Glass 1/3 : découverte en toute transparence11 minute(s) de lecture

Ce weekend a été studieux. Un long test qui a bien pris une bonne partie de ces 2 jours! Il fallait bien cela. Bon d’accord, c’est vrai je l’avoue, le test que j’ai pu faire était un réel plaisir également. Un plaisir de gosse qui se retrouve face a un nouveau jouet. Un jouet encore rare qui n’est pas public et qui appartient a quelqu’un d’autre qui a eu la gentillesse de me le prêter pour que je puisse m’amuser travailler. Ce weekend j’avais rendez-vous en Bretagne, à Rennes plus précisément. J’ai pu tester les fameuses Google Glass. Je leur ai fait subir le test très simple de la vie de tous les jours! C’est le test le plus évident et naturel mais également celui qui permet de relever ces petits rien qui sont un peu pénibles au quotidien.

Comme il y a pas ma de choses à dire sur cet objet le dossier a été découpé en 3.  Au sommaire d’aujourd’hui: découverte des Google Glass.  Assez parlé passons aux présentations.

Le phénomène

C’est sans nul doutes l’objet le plus médiatisé du moment.  Les Google Glass sont un petit concentré de technologie donnant accès à un monde souvent rêvé mais jamais concrétisé.  Un ordinateur que l’on porte comme des lunettes et qui vous ouvre les portes du monde virtuel d’Internet.  Il se commande au toucher mais également à la voix et bientôt au clin d’œil.

Ceux qui suivent l’actualité des Google Glass doivent se demander comment un exemplaire a-t-il pu arriver en France. En effet le géant américain ne souhaite pas qu’elles quittent le territoire des États Unis. Elles ne sont de même disponibles que pour un petit nombre de personnes, tous des développeurs partenaires triés sur le volet, qui se sont engagés à développer des applications pour ce système… Et qui ont dû montrer leur motivation pour le programme Google Explorer et en déboursant 1500 $. C’est à Rennes que je les ai rencontrées chez quelqu’un qui a une chance unique en France et sûrement en Europe de pouvoir penser et développer les usages de demain des Google Glass.

Pour décrire les Google Glass on emprunte souvent la traduction littérales : ce sont des lunettes. C’est très pratique, mais concernant cet objet, ce terme s’en rapproche mais il n’est pas tout à fait exact. Contrairement à des lunettes classiques celles-ci sont dépourvues de verre correcteurs ou bien de verres protecteurs. Il s’agit d’un objet multimédia et communicant qui partage néanmoins avec les lunettes une armature qui relie les 2 oreilles en passant par le nez. Il n’y a donc pas de verres mais un petit prisme transparent qui jour le rôle d’écran positionnée à hauteur de vue.

Google conseille de le positionner au dessus de votre champ de vision. La position optimale de port de cet appareil se situe au niveau des sourcils. Notre oeil peut ainsi continuer à profiter de la vue et devra aller vers le haut pour lire les informations délivrées par les Google Glass.

Cette position montre que l’on n’est pas dans le cadre d’un objet proposant de la réalité augmentée. On a affaire à un système se rapprochant plus d’un afficheur tête haute disponible dans certains modèle de voitures par exemple. Les informations délivrées par les Google Glass ne viennent pas se superposer à ce que l’on voit. Il faut lever les yeux au ciel en quelque sorte pour en prendre connaissance. La réalité augmentée n’est qu’à une portée de pixels. L’écran des Glass étant transparent il suffit des les baisser au niveau du regard pour y parvenir. C’est bien pratique lorsque l’on lance le GPS et que l’on est en visite pédestre dans une ville par exemple.

Les Google Glass est en fait un petit ordinateur que l’on porte sur la tête comme l’on porterait des lunettes.  Multimédia, il permet de voir des photos, des vidéos et d’écouter de la musique.  Communicant il permet de récupérer des informations sur Internet (météo, recherches Googles,…). Il peut être utilisé pour vous indiquer certains événements venant de Google +, de Twitter ou encore de Facebook, Google Calendar….  Relié éventuellement à votre téléphone, il vous permet de répondre à un appel, de prendre la communication, de lire les SMS,…

Le tour du propriétaire

Comme on peut le voir les branches ne sont pas symétriques. Alors que celle qui se posera sur votre oreille gauche est classique et fine, l’autre est épaisse et nettement plus longue. C’est à l’intérieur de cette branche de droite que se situe l’intelligence des Google Glass.  Bien étudiées, cette asymétrie n’est pas du tout gênante pour lorsqu’on les porte.

Un petit cube en plastique est utilisé pour permettre l’affichage des données. L’écran ne se situe pas dedans mais dans la branche. C’est l’image de l’écran qui est projetée dans le prisme que vous voyez quand vous utilisez les lunettes. Côté luminosité, le texte ou les images sont toujours lisibles sauf si votre environnement est très lumineux. C’est le même principe qu’une projection cinématographique. Tant que vous êtes dans le noir vous voyez parfaitement alors que si les lumières s’allument vous perdez le contraste voir l’image. On peut voir lorsque l’on regarde les lunettes de haut l’écran de projection: c’est le trait oblique dans le cube transparent.  

L’affichage est de “haute définition” et équivaut à la qualité d’un écran de 25 pouces avec un recul d’environ 2,4 mètres.

Juste à côté du prisme écran, on retrouve une caméra qui permet de prendre des clichés ou des moments de vie. Doté de 5 M pixels (720p) elle prend les vues de bonne qualité. Pour stocker les fichiers de l’utilisateur, un espace de 16Go est prévu dont 12 Go réellement accessibles.  On retrouve la possibilité de le synchroniser avec le service d’hébergement à distance Drive.

Derrière la caméra à l’intérieur de la monture est dissimulé un micro dans ce petit ordinateur portable.

A côté du micro on retrouve un petit bouton rond qui permet d’allumer ou bien d’éteindre physiquement les Google Glass.

Il n’y a pas de haut parleur pour vous permettre d’écouter de la musique, une communication téléphonique ou encore des sons d’alertes. Cela ne veut pas dire que vous n’allez rien entendre pour autant car les Google Glass sont pourvues d’un ingénieux système d’osthéophonie permettant de diffuser le son par l’intermédiaire de l’os de votre crâne jusqu’à l’oreille interne. Le résultat est assez bluffant car le son est tout à fait réaliste et n’a rien à envier à un haut parleur en mono. On peut noter qu’à l’heure actuelle il n’est pas possible de monter ou de baisser le son. Le système qui diffuse le son est situé au niveau du mot “Glass” sur la photographie.  Il vient diffuser le son derrière votre oreille.

Au bout de la branche on retrouve les batteries. Judicieusement positionné tout à l’arrière des lunettes, son poids permet de jouer le balancier avec l’écran et la caméra.  La batterie (capacité non spécifiée) offre selon Google une autonomie d’une journée.  Lorsque l’on joue avec la caméra cette autonomie peut être revue à la baisse.

Pour avoir porter les lunettes une bonne partie de la journée de dimanche, je n’a pas eu a me plaindre de son poids. Il est tout à fait adapté a ce genre de port. Le champ de vision est tout de même amputé pour l’œil droit. Cela perturbe au départ mais on s’y accommode  Portant des lunettes de vue et ayant testé avec ou sans j’ai pu lire l’écran sans difficultés. Le porte de verres correcteurs peut être pénalisant pour l’utilisation des Google Glass. Il ne faut pas quelles soient trop encombrantes. Les verres correcteurs ayant des montures sans bords sont souvent adaptés.  L’idéal reste peut-être les lentilles de contact.

Dans la branche épaisse à l’extérieur des montures on retrouve une zone tactile qui permet de faire défiler les menus de l’ordinateur de ces lunettes.  A ce jour 4 mouvements sont reconnus: lorsque l’on “caresse” la branche de lunette de l’arrière vers l’avant, de l’avant vers l’arrière, de haut en bas ou enfin lorsque l’on la tapote d’un doigt rapidement comme lorsque l’on clique sur une souris.  Bizarrement le geste de bas en haut n’a pas d’effet.

On a également un bouton sur le haut de la branche qui permet en un clic court de prendre un photo et en une pression plus longue de prendre une vidéo.

Sur le dessous de la branche on retrouve une prise mini USB qui permet de recharger les lunettes.  Elles peuvent également être utilisées pour récupérer les photos ou les vidéos sur un ordinateur si l’on ne souhaite pas les envoyer via Internet. Une LED blanche sert d’indicateur de recharge.

Enfin, comme toute bonne lunette, elles s’adaptent à la morphologie du visage: il est possible de régler les plaquettes qui servent d’appui sur le nez.

Une sacoche de rangement est prévue.  En toile souple et feutrée, elle est renforcée au fond afin de protéger efficacement des chocs les éléments les plus fragiles comme l’écran.

A l’intérieur, pour leur donner vie, bat le processeur double cœur TI OMAP 4430 que l’on trouve dans la tablette Kindle Fire d’Amazon. Il est épaulé par 1 Go de mémoire vive et l’ensemble fonctionne avec Android 4.0.4 Ice Cream Sandwich.

Objet communicant

Côté communication les Google Glass peuvent se connecter à Internet via wifi ou à votre smart phone via Bluetooth. Le téléphone jouera alors le rôle de modem.  En mode Wifi les lunettes sont autonomes.  Elles n’ont pas à dépendre d’un smartphone quelconque pour fonctionner.  Elles contactent les serveurs Google pour fonctionner et recevoir les différentes notifications.

Si les lunettes sont wifi me direz vous, comment peut-on lui paramétrer la clé Wep? C’est la qu’un ordinateur ou bien que le smart phone seront nécessaires. En utilisant l’application adaptée (MyGlass  companion app) vous saisirez le mot de passe sur le smart phone qui se chargera de le communiquer en bluetooth aux lunettes. Si vous n’avez pas de bluetooth, l’application transformera le mot de passe en… QR Code. Il ne reste plus qu’à chausser les lunette pour le flasher et le tour est joué. Ingénieux. Il suffira que les hot spot soient dotés de ces QR Code et la connexion en balade sera grandement facilitée.

Connectées au GPS du Smartphone qui lui est relié en Bluetooth, les lunettes sont capable de faire retrouver votre chemin en un tour de main.  La contrepartie c’est que les lunettes sont toujours en train de demander leur positionnement.  En les chaussant il ne faut pas être réfractaire à la géolocalisation de tout les instants.

Côté logiciel tout a été conçu pour vous faciliter la tâche pour envoyer vos clichés ou bien vos reportages vidéos à vos proches.  Cela sera bien entendu plus facile si vous avez un compte Google.  La vidéo conférence est possible avec n’importe quel terminal.  Il faut pour l’instant passer exclusivement via les Google Hangout.  Vous verrez alors votre interlocuteur dans les prisme écran tandis que lui verra ce qui est vu par la caméra  des Google Glass c’est à dire ce que vous voyez à la hauteur de vos yeux.

La première fois…

Pour que la première utilisation ne soit pas trop déroutante et afin de comprendre les menus et les arborescences présentes voici une petite vidéo très bien faite qui devrait facilement remplacer un long discours:

Conclusion

Objet génial ou objet inutile? Objet indispensable du quotidien ou objet intrusif? Chacun se fera son opinion. Il est bien trop tôt d’ailleurs pour se faire un avis définitif tant que les fonctionnalités en cour de développement ainsi que les limites imposées ne seront pas connues.  Avant d’arriver sur le marché, les lunettes doivent se faire une place parmi les objets technologiques connus et acceptés. On peut néanmoins tous s’accorder sur le fait que l’on est en présence d’un bel objet aux finitions soignées et épurées.  On est loin des prototypes des laboratoires de R&D.  On est en présence d’un objet prêt à être lancé, un objet innovant, captivant et déroutant.

Son idée de base n’est pas nouvelle car on a eu l’occasion de croiser ce style d’objets dans bon nombre d’œuvres de science fiction. Le fait que l’on soit maintenant en mesure de les sortir de la boîte à rêves, de les extraire d’un laboratoire de recherche et développement, de les voir autrement que sous la forme d’un prototype pour les proposer presque en tant que produit fini confirme Google comme un grand acteur de l’innovation.

Google a sorti le matériel. Les partenaires logiciels planchent sur les contenus. Restera l’accueil qui lui réservera les consommateurs. Sortie prévue si tout va bien en 2014.

En attendant, rendez-vous demain pour la suite de la présentation.

5 Comments

  1. enr37 said:

    wouahhhou ! qu’as tu promis pour faire cet essai ? :p
    “Objet génial ou objet inutile?” Pour ma part les 2 donc indispensables a tout bon geek dès qu’elles seront réellement utilisable en dehors des grandes villes

    plus sérieusement. Je me pose la question de ce mini PC collé au cerveau aussi longtemps. Si je pense que les antennes radio ne sont pas nocives, autant d’avoir cela collé au crane toute la journée, je ne sais pas ce que ca donne. D’ailleurs a ce propos, ca chauffe a pleine fonction (caméra+wifi) ?

    Si j’ai bien compris tu en offres une paire au premier commentaire 😀 ?

    lundi 10 juin 2013
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      Pour avoir cet essai et comme je voulais tester en conditions réelles, j’ai du payer de ma personne. J’ai dû jardiner, fixer une tringle à rideaux, faire le barbecue, prendre soin des enfants, choisir le vin, … trop dur la vie de blogueur qui n’a pas peur d’aller sur le terrain!

      Concernant l’offre au premier commentaire j’aurais bien voulu mais j’ai été fouillé à la sortie. 😉

      lundi 10 juin 2013
      Reply
  2. Cédric said:

    Là je suis jaloux :p J’en rêve, de ces lunettes ! Mais faut que je me retienne pour ne pas les acheter tout de suite, la raison me dit qu’il faut attendre leur maturité et des applications disponibles :p
    Hate de lire la suite 😀 Sinon, comme enr37, j’ai lu à quelques endroits que ca chauffait quand même pas mal sur le côté de la tête ?

    lundi 10 juin 2013
    Reply
    • Hervé Hervé said:

      😉
      Tu peux continuer à mettre de côté car elles ne sont pas encore dispo. Maintenant que le matériel est prêt, ce sont les applications qui sont en cours de développement. Ta raison est plein de sagesse.
      Concernant la chaleur ce sera abordé demain 🙂

      lundi 10 juin 2013
      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes humain: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.